jeudi 8 septembre 2016

Bel automne


J'ai reçu plein de mails dans lesquels on me demandait pourquoi je ne bloguais plus. Enfin, plein, c'est à dire quelques dizaines. Enfin, euh, non, à peine une dizaine. Neuf mails, quoi.
J'ai répondu à tous à peu près la même chose "j'sais pas trop pourquoi"... J'ai pas tellement envie...
J'ai commencé ce blog en réaction à la censure qui m'avait été imposée dans les commentaires d'un blog féministe de gauche, Mlle S pour ne pas la nommer. (Oukellépassée, celle-là ?).
Ah, qu'il était bien le temps où j'allais sur les blogs féministes pour causer d'islamisation de la France ! Qu'il était doux le temps où des gogolinettes de gauche m'accusaient d'avoir des "fantasmes de péril islamiste"!
L'actualité m'ahurit. J'ai l'impression de vivre dans une période historique molle. Après avoir écrit des kilomètres de commentaires et de billets sur le péril islamiste, justement, je ne suis toujours pas devenue cynique. Je suis contente qu'on ferme certaines mosquées, qu'on vire certains prédicateurs, je n'éprouve plus le même sentiment d'agacement et de désespoir envers ceux qui ne veulent pas voir. Je sais qu'ils voient, et qu'ils ont fait leur choix en dépit de discours de convenance, pour la plupart, parce qu'au fond ils ont soif de dictature et que, quoi qu'ils en disent, ils sont las de la démocratie et prêts à se laisser guider, porter. 
Je trouve que sur nos blogs, les échanges ont rétréci, peut-être parce que nos positions se sont durcies ? Je lis dans la presse, je regarde à la télévision des débats qui ressemblent beaucoup à ce qu'étaient les commentaires des blogs au temps où il n'y avait pas, ou si peu,  d' anti-islamistes de gauche ayant pignon sur media. But the times they are changing.

J'ai pris la photo qui illustre ce billet la semaine dernière, dans la presqu'île de Rhuys.
Ce couple m'a fait sourire. Il y avait une douce brise innocente ce jour là, mais j'imagine la grosse vague qui s'amène en petit rouleau bien traitre et qui, au dernier moment... Splaouch le benêt, et mort assurée du portable !

91 commentaires:

  1. Je trouve que sur nos blogs, les échanges ont rétréci, peut-être parce que nos positions se sont durcies ? Je lis dans la presse, je regarde à la télévision des débats qui ressemblent beaucoup à ce qu'étaient les commentaires des blogs au temps où il n'y avait pas, ou si peu, d' anti-islamistes de gauche ayant pignon sur media.

    Ben voila pourquoi les blogs ont rétréci : nous nous sommes fait voler nos idées avant-gardites récupérées par les média, du coup on a plus rien à dire.
    De l'inconvénient d'avoir raison avant tout le monde en somme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si nos blogs ont rétréci, cela tient sûrement pour partie à ce que vous dites. Mais ça me semble un peu court. Ou alors vous ne lisez que la prose de nos "amis" (au sens large puisque "les ennemis de nos ennemis sont nos amis"…) Si le bon peuple n’en pense pas moins, il supporte pourtant toujours benoîtement le discours "correcte" dont le matraquage est de plus en plus hystérique (France Cul’, Télé, grands titres de la presse, etc.) systématiquement insinué jusque dans les émissions de divertissement ! Alors, oui, c’est vrai, les media "alternatifs" ont depuis quelques temps plus d’audience et de visibilité. Et nous nous sentons moins tenus par une "ardente obligation" d’écrire au risque de ne faire que les paraphraser en moins bien alors que ceux qui nous lisent les lisent aussi…
      Mais il y a aussi une autre cause probable à ce rétrécissement ; c’est la LASSITUDE du blogueur ! La médiocrité, la vacuité et l’irréalisme hors sol de "l’offre" Politique (P majuscule) finissent par faire baisser les bras ou se contenter de traiter des bricoles. Mais je cause que de mon ressenti perso…

      Supprimer
    2. Fredi, je ne parles même pas d'idées, mais de rapport à la réalité.

      Supprimer
    3. Plouc émissaire: "Si le bon peuple n’en pense pas moins, il supporte pourtant toujours benoîtement le discours "correcte" dont le matraquage est de plus en plus hystérique". Je crois que non, qu'il n'y a pas un bon peuple qui supporte, et un matraquage implacable qui le tient en place. Il y a des fêlures dans le matraquage, et un recul dans la bêtise des arguments qui ne collent plus à la réalité.
      "L'ardente obligation d'écrire", dites-vous. Cela pourrait paraitre prétentieux -pour qui il se prend, celui-là, il pense qu'il a la moindre influence, dans son petit coin de la toile- mais il y a un peu de ça.

      Supprimer
    4. Entre guillemets l'ardente ! A tout le moins le besoins de se soulager en écrivant pour soi autant que pour trois pelés qui nous lisent... Sinon pourquoi s'encombrer d'un blog ? Je me souviens que dans son billet d'adieu, Albertine écrivait qu'il y avait une dose de narcissisme dans la tenue d'un blog. C'est sûrement vrai, surtout peut-être chez ceux qui s'en défendent.

      Supprimer
    5. Oui, mais ce n'est pas grave d'être un peu narcissique. J'aime bien discuter, avoir des commentaires et des critiques, les mots gentils me touchent, bon, et alors ?

      Supprimer
  2. Je ressens aussi beaucoup de lassitude et m'en suis expliqué tout récemment dans un des rares billets écrit ces derniers mois.
    Las d'être cette microscopique voix supplémentaire du net qui ne décolère pas face aux mensonges et aux ravages du politiquement correct.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant il nous faut la conserver cette petite voix.
      Nous n'avons que ça.

      Supprimer
    2. Vlad, et pourtant ce que vous appelez le politiquement correct a pris du plomb dans l'aile...

      Supprimer
    3. N'opposons pas le politiquement incorrect et le racisme vulgaire.

      Supprimer
    4. Comment savoir ce qui est politiquement correct ou incorrect, puisqu'il est politiquement correct de se prétendre politiquement incorrect !

      Supprimer
    5. Le racisme vulgaire... Qu'est-ce que c'est, là, maintenant ? D'assimiler chaque Arabe à un terroriste et de vouloir renvoyer tout le monde ? (dans des bateaux troués de préférence ?)
      On parle de "libération de la parole raciste", or, à part quelques réactions locales juste après les attentats, je trouve que les Français ne se comportent pas si mal que ça, dans l'ensemble. La victimisation théâtrale des musulmans "qui n'oseraient plus sortir de chez eux" va bon train, et je la trouve assez indécente, par les temps qui courent.

      Supprimer
    6. Suzanne,

      Je voulais répondre par une connerie à votre première reponse et je découvre la seconde.

      On est d'accord en gros mais quand on est de gauche, si on critique les musulmans on passe pour raciste. Du coup, on ne fait plus attention à repérer les vrais racistes.

      Supprimer
    7. Bonjour l'expert !
      C'est quoi un vrai raciste ?
      Moi je suis expert pour repérer les cons et sans difficulté je puis affirmer que tu en es un.

      Supprimer
    8. Espèce de raciste anti cons. Et vexé parce que je l'ai viré de mon blog.

      Tu peux exposer tes problèmes avec moi en dehors du blog de Suzanne qui est une jeune fille respectable. Malgré tout.

      Supprimer
    9. Bouh.... (lassitude).
      Je suis lasse de ça aussi. Me défendre de l'accusation ou de la suspicion de racisme. Faire des mises au point tous les trois commentaires.
      Je suis antimusulmane. Aucun régime politique dépendant de l'islam ne trouve grâce à mes yeux. Toute velléité de mainmise coranique sur le genre humain me semble mauvaise. Il y a bien d'autres choses que je trouve mauvaises et dangereuses aussi. Je suis athée et je ne veux pas qu'une religion, quelle qu'elle soit, me menace et menace mon voisin de quelque façon que ce soit. Quoi d'autre ?

      Supprimer
    10. Notre vision de la société est bien trop souvent ramenée à la politique, ce qui réduit le champ du débat à un combat stérile binaire. Ca participe de la lassitude générale. On explique que si on n'aime pas l'Union Européenne et on se fait mettre d'emblée dans une case...

      Supprimer
  3. Je vais vous envoyer un mail pour vous demandez pourquoi vous ne bloguez plus. J'ai compris la leçon. Il faut vous supplier.

    RépondreSupprimer
  4. C'est terrible ce que tu écris. Tu veux dire que tu sens qu'une partie des Bretons ou des gens de gauche est résignée à la montée continuelle de l'Islam radical? Peut-on les comparer aux pacifistes des années trente qui auraient fini dans le pétainisme en assez grand nombre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas seulement résignée, mais consentante, oui. Et pas spécialement en Bretagne. Et si on les compare aux pacifistes des années trente... eh bien ces pacifistes, s'ils avaient vécu la guerre 14-18, avaient au moins la circonstance atténuante d'avoir connu l'horreur et de camper dans la position "tout plutôt que ça recommence". Comme Giono, par exemple. Nos intellectuels de gauche tendance "youpi l'islam" n'ont même pas cette excuse.

      Supprimer
  5. Suzanne : Oui.
    C'est tout ce que la lassitude me permet d'émettre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Geneviève: vous paraissez vraiment

      Supprimer
    2. C'est rien de le dire. Depuis que je suis revenue sur internet je commence des articles -orientés- de fond, et chaque fois l'actualité m'oblige à redescendre des hauteurs de vue. L'agression de la famille toulonnaise par des racailles chez qui le téléphone arabe dit, depuis pas mal de temps "visez les femmes libres", c'était sous mes fenêtres.

      Supprimer
    3. Très bonne journée à vous, Suzanne.

      Supprimer
  6. Geneviève: ça vient d'arriver à Guingamp , aussi, une lycéenne s'est fait agresser de la même façon pour les mêmes raisons.

    Sans même parler de short, il y a des années que les filles ne peuvent plus sortir si elles ne sont pas "respectablement" vêtues dans les endroits majoritairement peuplés de musulmans.

    Il y a eu un temps où des filles pouvait aller en robe légère au cinéma la nuit dans n'importe quelle ville de province sans danger majeur. Je ne fantasme pas sur un passé idéalisé non plus, mais au moins il n'y avait pas de zones entières de privation de liberté de circulation pour les femmes. C'était l'époque où, si des immigrés du coin te sifflaient et te faisaient des propositions graveleuses, tu te devais de leur expliquer gentiment que tu étais solidaire de leur lutte contre le patronat, et qu'il n'y avait nul racisme dans ton refus de t'asseoir sur leurs genoux, mais que, mais que... bref. Le temps arrangera tout ça, pensait-on, le temps et la bonne éducation dans nos écoles laïques.
    Mes copines d'école primaire Fatima et Aïcha sont devenues professeur d'histoire et géomètre, il y a maintenant beaucoup de musulmans qui ne se distinguent pas du reste de la population par des choix de vie ou des attitudes incompatibles avec une vie normale, ordinaire, en pays démocratique.
    L'islamisme est un poison, un totalitarisme, il faut lutter contre en prenant un peu de hauteur par rapport aux accumulations de faits divers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait d'accord : il faut prendre de la hauteur de vue, sinon on se fait bouffer par l'actualité morose.

      Supprimer
  7. Oui, je vous comprends : beaucoup de lassitude. On ne peut pas passer son temps à répéter les mêmes choses.

    Même l'exercice difficile et salutaire de "Penser, c'est penser contre soi" (Sartre), c'est-à-dire de tenter de développer ce qu'il peut il y avoir de vrai dans les positions opposées aux siennes (et il y a toujours quelque chose de vrai...) trouve vite ses limites.

    Et puis, bloguer, c'est dialoguer avec ceux qui ne sont pas d'accord avec vous; et la société française me semble de moins en moins "dialoguante", chacun étant de plus en plus enfermé dans ses certitudes; elle me semble prête à renverser la fameuse phrase attribuée (à tort, semble-t-il) à Voltaire, et à l'énoncer ainsi "Je ne suis pas forcément en désaccord avec vos idées, mais je serais prêt à me faire tuer pour que vous ne puissiez pas les défendre "...(voir les blogueurs comme Jégou ou Corto qui ne cessent de censurer et d'exclure des gens de leurs blogs :ils feraient mieux de s'en exclure eux-mêmes...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'Elie est très con. A sa grande époque, mon blog était celui avec le plus de contradicteurs. Au exemple, le blog de Didier m'apportait plus de visiteurs et donc de commentateurs. Contrairement à Corto, je ne vire pas les contradicteurs mais les casse-couilles. Si je suis pote avec Suzanne et Didier, par exemple, c'est bien parce qu'on s'est engueulés et qu'on n'était pas d'accord.

      Quant à Corto, comme il vire les contradicteurs, il n'y a plus de débat chez lui. Les gens normaux ne viennent donc plus. Il n'a donc comme commentateur que des admirateurs (ce qui n'est pas une critique. A la limite, je serais presque jaloux, si gérer trop de commentateur avec la politesse de rigueur ne me cassait pas les couilles).

      Supprimer
  8. Elie, Nicolas et Corto sont des blogueurs historiques.
    Mais "bloguer, c'est dialoguer avec ceux qui ne sont pas d'accord avec vous", c'est selon la patience de chacun aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Nicolas et Corto sont des blogueurs historiques."

      Oui,ils ont fait leur temps.

      Supprimer
    2. Bon, pour conclure en ce qui me concerne : je suis las de bloguer "politiquement", vous aussi sans doute vu la rareté de vos billets, Juan Sarkofrance aussi et il le dit, Jégou n'écrit à la fois plus rien et, en même temps,il écrit tout et son contraire, et Corto se satisfait d'un petit groupe de lecteurs fachos effarants qu'il manipule et excite, car trop intelligent pour partager leurs "idées".

      Le seul blog qui tienne la route, dans la durée, est celui de Didier Goux, parce qu'il délaisse la politique pure pour ne l'aborder que sous l'angle de son rapport avec la littérature et le temps long - sans doute le seul angle intéressant.

      Supprimer
    3. "Le seul blog qui tienne la route, dans la durée, est celui de Didier Goux, parce qu'il délaisse la politique pure pour ne l'aborder que sous l'angle de son rapport avec la littérature et le temps long - sans doute le seul angle intéressant."
      Il va mettre ça en quatrième de couverture dans la prochaine édition de ses chroniques... Déjà qu'on a du mal à le tenir !

      Supprimer
    4. Une fois n'est point coutume, je partage entièrement le point de vue de M. Arié. Quant à un second volume de chroniques, vu ce qu'on a vendu du premier, il n'y faut pas compter ! (Et même chose pour les romans.)

      Supprimer
    5. Je suis d'accord avec Elie qui a une pointe de lucidité, pour une fois. La médecine fait des miracles.

      Par contre, il n'a pas compris pourquoi je ne bloguez plus. Je le rappelle donc : pendant les heures de bureau, je n'ai plus le temps parce que j'ai un métier passionnant depuis fin 2013.

      Je continue à faire quelques billets d'humeur avec mon iPhone ce qui diminue la qualité (tant sur le fond que sur la forme).

      Quand il prétend que je dis tout et son contraire, cet imbecile pourrait fournir des exemples. Je pense être un des blogueurs de gauche avec plus de constance.

      Enfin, le gâteux n'a toujours pas compris qu'il n'était lui même pas blogueur mais qu'il écrivait gratuitement des tribunes pour un journal, lui permettant, au journal, de gagner de l'oseille, et prenant la place d'un vrai journaliste (à moindre frais pour le journal).

      Pendant une époque (avant que je paramètre ma messagerie pour mettre ses mails dans ma poubelle), il m'écrivait pour me dire que tel ou tel billet avait fait 5 ou 10000 lecteurs parce qu'il était en une de Mariane.

      Cela me rappelle une histoire. En vue de la campagne de 2012, les journaux s'inquiétaient de l'information sur le net et de la concurrence qu'ils avaient avec les blogueurs. J'avais donc été contacté par l'Express pour une "collaboration" (j'avais refusé toute rémunération - je ne suis pas journaliste et je n'ai pas à faire de concurrence, un peu comme si Didier venait bénévolement spécifier des applications informatiques - mais "tester").

      On s'était mis d'accord pour un premier billet (relecture réciproque et tout ça). Il avait eu 50000 lecteurs, ce dont je foutais en tant que blogueur (mais pas pour mon test).

      Le premier commentateur avait dit, en gros : "mais, l'Express, ceci n'est plus digne d'un journal, on dirait un propos de bistro".

      Ceci m'avait amusé et l'Express avait arrêté la collaboration.

      Ce qui me rappelle un autre truc. J'ai été trois ans premier d'un classement de blogs politiques. Je ne compte pas le nombre de jaloux qui critiquaient (même Didier a été obligé de sortir de ce classement tant il était ridicule mais où il était bien classé) sans comprendre pourquoi. Leurs écrits n'avaient aucun intérêt. Les miens non plus mais je faisais rigoler les copains et j'en avais beaucoup.

      Lire le vieux donner son avis sur les blogs m'a toujours fait rire.

      Supprimer
    6. Quelle tartine de souvenirs d'ancien combattant, pour tenter de justifier la censure et les injures sur son blog... sans y arriver.

      Supprimer
    7. Sans arriver à quoi ?

      Tout le monde te prenait déjà pour un vieux con avant que je te connaisse.

      Cela étant, je n'insulte jamais personne, connard.

      Supprimer
    8. Qui rigole, à part vous ( et encore, pas sûr...)?
      La vieillesse n'est un naufrage que lorsqu'elle frappe à la cinquantaine.
      Et le blog de Suzanne n'est pas fait pour que vous veniez y justifier votre comportement d'alcoolique, je ne vous ai rien demandé et ne m'adressais pas à vous; donc, fin de notre échange dans lequel j'ai eu tort de me laisser entraîner; je vous laisse le dernier mot, qui sera du même niveau que le reste.

      Supprimer
    9. Dis pépé, tu ne m'as rien demandé mais tu parlais de moi.

      Supprimer
    10. Lutte au couteau entre un vieux et un gros : c'est la guerre des minorité ostracisées…

      Supprimer
    11. @ Didier Goux

      Vous ne savez pas qu'en France, les gâteux et les gros sont en train de devenir majoritaires (et certains, comme Jegou, cumulent )? Il est là, le vrai Grand Remplacement.

      Supprimer
    12. Hé Ho ! On m'a promos que j'aurai le dernier mot.

      Didier est un compromis (en un mot) entre vieux et gros. C'est un Mickey du grand remplacement.

      Supprimer
    13. Lutte au couteau entre un vieux et un gros : c'est la guerre des minorité ostracisées…(D.G)

      Mais je ne suis pas vieux ! (N.J)

      en France, les gâteux et les gros sont en train de devenir majoritaires (et certains, [...] cumulent )? Il est là, le vrai Grand Remplacement. (E.A]

      Je ne vois pas pourquoi je paierais pour aller voir des humoristes !

      Supprimer
    14. EA : "Qui rigole, à part vous ( et encore, pas sûr...)?"

      Supprimer
    15. Imaginez ce que sera la France le jour prochain où le Grand Remplacement sera achevé, avec une majorité de Français à la fois terroristes, djihadistes, obèses et gâteux: partout des Jégou en djellabah ou en burqâ...(quoique, celui-là, sans même passer par l'islam, il explosera un jour au comptoir de la Comète.)

      Supprimer
    16. Le dernier mot, qu'il disait. En plus il n'a aucun respect pour les bistros. Ça me rappelle la fois où il est venu à La Comète il a voulu un café à l'apéro. Véridique.

      Si c'est pas du grand remplacement, ça !

      Supprimer
    17. « Didier est un compromis (en un mot) entre vieux et gros. C'est un Mickey du grand remplacement. »

      Avec de grandes oreilles et une petite queue flexible.

      Sinon, j'en ai connu un autre, de blogueur, qui commandait du café à l'apéro, à la Comète. Un petit brun qui se rêvait journaliste : je n'arrive pas à me souvenir de son nom.

      Supprimer
    18. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    19. C'est ça ! Éric de son prénom.

      Supprimer
    20. Pour ton centenaire ? Sinon, je n'ai pas compris la vanne.

      Supprimer
    21. Dans le cas d'un cardiologue, on ne dit pas : une vanne, mais une valve.

      Supprimer
    22. 1. Oui Eric Mainville. Ce garçon est étrange. Un jour, il a viré tous les copains de la bande de Facebook et Twitter en envoyant le Meme message à tous les copains.

      2. Du moment que je ne lui parle pas de vulve.

      Supprimer
    23. " Ce garçon est étrange. Un jour, il a viré tous les copains de la bande "

      Il y a plein de givrés sur Internet :

      http://www.jegoun.net/2016/08/message-de-service.html

      Supprimer
    24. Il voulait me laisser le dernier mot. Il l'a dit.

      Je n'ai néanmoins viré aucun ami de mes blogs. J'ai viré un viel abruti qui à partir d'un moment, celui où je lui ai permis de toucher la nouille à DSK à la Comete. Depuis, il s'est cru tout permis chez moi.

      Mais peu importe, il voulait me laisser le dernier mot. Et je lui avais proposé, avant de laisser tranquille la délicate taulière de ce blog.

      Supprimer
    25. Etonnant !

      J'avais écrit hier, ici, que, plutôt que de virer tout le monde de ses blogs, Jégou ferait mieux de se virer lui-même.

      Et bien...il a suivi mon conseil !

      http://www.jegoun.net/2016/09/la-mort-d-blog-se-prepare.html

      Je savais que ce garçon avait un bon fond...

      Supprimer
    26. Tu devais pas me laisser le dernier mot ?

      Mon nom de domaine est perdu. Je vais en prendre un autre www.arieestcon.com par exemple.

      Ça fait presque un an que ce cet imbecile ne veut plus me voir mais il passe encore son temps à épier ce que je dis dans mon blog.

      Faut vraiment être con. Ou alors je l'obsède. C'est sexuel.

      Supprimer
    27. Tiens ! J'avais pas vu que l'andouille avait laissé deux fois le même lien vers mon blog.

      Supprimer
  9. "Les échanges ont rétréci" pour une seule et simple raison : parce que je n'interviens plus. Du coup, il ne reste plus que les cons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suzanne, qu'est-ce que vous attendez pour refoutre cet immigré pénible à la mer ?

      Supprimer
    2. Dorham et Didier voisins de commentaire ! Le ciel soit loué !

      Supprimer
    3. Le ciel soit loué ? Avec ce que ces assistés nous coûtent en HLM ?

      Supprimer
  10. Vous êtes de retour, et je m'en réjouis. Je m'interrogeais sur les raisons de votre « désertion» : un peu de lassitude ne nuit pas plus à l'homme qu'à la femme. Sur le fond de l'affaire, il me paraît que nous sommes contraints à une forme de régression culturelle (c'est à dire de comportement, de réflexion, d'organisation sociale), contraints par une idéologie cruelle, guerrière, agressive, très organisée, qu'on appelle islamisme. C'est cette régression qui me navre. En s'attaquant à la France, les islamistes savaient ce qu'ils allaient provoquer : le recul de civilisation, le doute. Nos ennemis sont redoutables.

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir Madame Merle !

    Le blog de gauche féministe "les entrailles de Mademoiselle", dont vous fûtes chassée, est plus mort que mort. Depuis le 12 mars 2012 les entrailles de Mademoiselle sont refroidies.

    En un mot Mademoiselle aux entrailles vous avait censurée, vous avait anesthésiée, mais, au bout du compte, c'est vous qui bloguez encore. Vous avez donc triomphé d'une demoiselle qui ne supportait absolument pas qu'on ne pense pas totalement comme elle. (elle envoyait même valser des femmes très féministes de gauche, c'est dire !)

    (A part ça je suis contente de vous savoir de retour.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Maria: oh, je ne tire aucune gloire de cette longévité ! Mais il me semble loin le temps où l'on pouvait discuter en toute bonne foi avec ces féministes détestant le patriarcat, l'Eglise catholique et pantelantes devant Tariq Ramadan and co.

      Supprimer
  12. Ça fait bien plaisir de vous lire à nouveau.
    La photo est chouette, mais elle m'intrigue : qu'est-ce qu'une femme qui porte le panama avec élégance (au point qu'elle en est séduisante même de dos) peut bien foutre avec un gommeux qui porte des sandales ?!? Vous pourriez pas photoshopper et remplacer ces horreurs (si ça se trouve, horresco referens, c'est des Birkenstock) par des espadrilles ou, à la limite, des Dockside™ ?

    RépondreSupprimer
  13. @Suzanne
    J'ai évoqué tout comme vous-même, et d'autres aussi, la lassitude du blogueur et ses raisons multiples.
    J'en ai trouvé une autre, évidente, à la lecture d'une info pêchée à l'instant :
    La sidération.
    L'info en question qui illustre mon propos :
    -> cliquer ici

    RépondreSupprimer
  14. Bon, revenons au propos de votre billet.

    Il devient, en effet, difficile de bloguer:

    - les débats vont être monopolisés, jusqu'à la fin du printemps prochain, par la présidentielle française, sans doute une de celles dont le résultat aura le moins d'importance depuis longtemps (sauf victoire-surprise de Le Pen).

    -reste le débat sur l'islamisme, et, là, lorsque nos dirigeants nous disent qu'"il sera long", ils font dans l'euphémisme;il y a toujours eu partout (heureusement) des ados révolté(e)s contre "le système", quel qu'il soit; ce qui étonne ici, c'est la fréquence de ceux/celles qui sont prêt(e)s à tuer et à perdre leur vie pour une cause-prétexte- l'islam (Bon, d'un autre côté , tout le monde n'est pas Rimbaud...); en préemptant l' éternelle révolte ado, le terrorisme islamiste a sans doute mis la main sur un vivier qui sera non pas "long", mais éternel. Alors, bloguer sur le même thème pour l'éternité...

    RépondreSupprimer
  15. (suite)

    En fait, peut-être" une France musulmane dans trente ans ", comme le souhaite Murwan Muhammad, est-elle la seule façon de voir les ados français se révolter un jour contre l'islam ???

    RépondreSupprimer
  16. Pour se remonter un peu le moral en se sentant moins seul :

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/09/09/31001-20160909ARTFIG00344-elisabeth-levy-la-gauche-compassionnelle-neu-neu-a-une-lourde-responsabilite.php

    et


    http://www.causeur.fr/burkini-islamisme-islam-conseil-etat-39844.html?sidebar

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elie, merci pour les liens.
      J'ai lu l'article d'Elisaberh Levy dans le Figaro, à propos du burkini: je trouve que ce sont de bien grandes phrases pour une petite provocation de plus. Ce n'est pas un sujet pour lequel je m'enflammerais, et je trouve qu'on a tort d'en faire des tonnes là-dessus.
      En revanche, j'aimerais beaucoup qu'on interdise de voiler les petites filles, sérieusement. Si des islamistes adultes s'amusent à faire de la provoc, on peut se moquer d'elles en faisant bien attention qu'il n'y ait pas un membre du CCIF accompagné d'un photographe passant là par hasard et se mette à chouiner à l'islamophobie. On peut aussi sortir son tee-shirt imprimé "je suis Charlie". Ambiance assurée sur la plage.
      Mais les toutes petites filles voilées, habillées de noir, donnant la main dans la rue à des mères voilées habillées de noir... ça me fait mal pour elles, et ça m'inquiète beaucoup.
      Ce n'est pas pour rien que sur les forums musulmans on incite à voiler les filles le plus tôt, pour qu'elles en prennent l'habitude. Et là, ce serait un autre enjeu. Les islamistes nous amusent avec le burkini, comme avec une muleta. Il ne faut pas leur répondre sérieusement là-dessus.

      Sinon, il faut faire la part des choses entre l'islamisme politique, porté par des gens habiles aidés par une gauche coopérative, et le sexisme d'une population de gens pauvres qui ont été élevés comme ça. Les types de Cologne, ou les bandes de craignos qui embêtent les femmes et les traitent de putes et comme des putes ne sont pas des fanatisés de l'Islam conquérant, des soldats conscients d'anéantir les valeurs de l'Occident. On craint et on déteste ce genre d'hommes parce qu'il n'y a pas si longtemps, la vie n'était pas facile pour les femmes qui n'avaient pas envie de se soumettre au père et au mari, et l'acceptation respectueuse des femmes en short et bikini est assez neuve dans l'évolution des mœurs. Les comportements qui nous ramènent à un passé où la virginité avant le mariage était primordiale, par exemple, et où les filles rentraient en bande avec escorte au temps des moissons pour ne pas se faire culbuter par des gaillards bourrés sur le chemin du retour, nous renvoient à une image de société dont on ne veut plus. De là à faire comme si elle n'avait jamais existé, en idéalisant le passé...

      Supprimer
    2. "l'acceptation respectueuse des femmes en short et bikini est assez neuve dans l'évolution des mœurs. Les comportements qui nous ramènent à un passé où la virginité avant le mariage était primordiale, par exemple"

      Ah, voilà un super-lien : mon article sur ce sujet qui a fait 45 000 lectures, (publié à la fois sur Marianne et sur le Monde) et que j'ai trouvé traduit en russe sur un site russe !

      http://www.marianne.net/elie-pense/Qu-il-y-a-t-il-sous-la-burqa_a367.html

      Supprimer
  17. Ça me rappelle un peu pourquoi j'ai viré pépé de mon blog. Il n'arrêtait pas de mettre des liens en commentaire comme si les lecteurs étaient incapables de lire l'information en dehors de mon blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande bien qui vociférait naguère "des liens, bordel, des liens !"

      Supprimer
    2. Laissez tomber, il en est à la 15 ème raison pour laquelle il m'a viré de ses blogs:en fait, il n'en sait rien lui-même, il faudrait sans doute une psychanalyse pour le savoir.

      Supprimer
    3. Suzanne, des liens vers les blogs des copains. Je disais. Sinon, une des raisons de la mort d'un blog est trop B commentateur qui diffuse lui Meme des liens ou de l'information, se croyant plus intéressant que le taulier d'un blog sur son propre blog.

      Supprimer
  18. Suzanne, vous exagérez: ce n'est pas l'automne, nous sommes encore en été. Mais vous avez raison: tel le péril islamiste que vous annonciez, l'automne finira par arriver.

    J'ai également arrêté, peut-être provisoirement, de bloguer -la lassitude, et l’impression de tourner en rond. Bien sûr, personne ne s'en est rendu compte. Pourtant, j'aurais pu me laisser aller au triomphalisme, du genre "j'vous l'avais bien dit". Mais je suis, comme vous, ahuri par l'actualité: ça me laisse sans voix. Et je préférerais finalement parler de choses futiles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si, je m'en suis rendu compte : je fais un tour chez vous de temps en temps pour vérifier.

      Supprimer
    2. C'est encore l'été, en septembre ?
      Oui, je sais, les solstices et tout et tout... Mais septembre,, c'est le temps où l'on prend du plaisir, le soir, à se ramasser dans les maisons, et puis, c'est la c'est la rentrée scolaire.

      L'école publique

      À Saint-Jean-Brévelay notre école publique
      Était petite et très, très pauvre : des carreaux
      Manquaient et pour finir c'est qu'il en manquait trop
      Pour qu'on mette partout du carton par applique,

      Car il faut voir bien clair lorsque le maître explique.
      Alors le vent soufflait par tous ces soupiraux
      Et nous avons eu froid souvent sous nos sarraus.
      Par surcroît le plancher était épisodique,

      Et l'on sait qu'avec l'eau du toit la terre fait
      Des espèces de lacs boueux d'un bel effet.
      Pourtant j'ai bien appris dans cette pauvre école :

      Orthographe, calcul, histoire des Français,
      Le Quatorze juillet, Valmy, la Carmagnole,
      Le progrès, ses reculs, et, toujours, son succès.

      Guillevic ("31 sonnets" - Gallimard, 1954)

      Supprimer
    3. Ah mais justement, j'aime bien quand l'été s'effiloche, en septembre. On essaie de jouer les prolongations, et je continue, tant bien que mal, à emmener mes filles à la plage. D'ailleurs, cela me rappelle l'époque où la rentrée scolaire avait lieu aux alentours du 15 septembre -c'était le bon temps. Comme Guillevic: aujourd'hui, aucun communiste qui se réjouirait d'avoir "bien appris l'histoire des Français" -c'était vraiment mieux avant.

      Supprimer
    4. Geneviève: c'est donc vous, la personne qui continue à visiter mon blog?

      Peut-être vais-je reprendre le collier. Pour être honnête, le terrible attentat de Nice, alors que je venais de décider la fermeture de mon blog, m'a donné envie de créer un nouveau blog, qui eût servi d'exutoire. Mais même là, on est vite dépassé par l'actualité...

      Supprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.