mercredi 8 septembre 2010

Une ligne de silence


Ah, je n'aime pas les oraisons funèbres...
Le Petit Champignacien a pris congé, il a eu un accident cérébral qui lui a abimé la mémoire.
Je l'aimais bien, c'était un de mes chiants fâcheux préférés. Nous nous sommes vraiment très bien engueulés.
Il faudrait être avec les autres comme s'ils allaient mourir demain. Quand je pense que sa dernière contribution chez moi, c'était, en guise de protestation, une ligne blanche, une ligne de silence.

Son blog est une œuvre.

19 commentaires:

  1. Encore un puits qui ferme.

    C'était une mine de petits trésors
    (qualité variable, certes, mais quand-même...)

    RépondreSupprimer
  2. C'est "amusant" : c'était mon "ennemi" dans les blogs et me voila tout peiné...

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas, faites-moi une bise avant qu'il ne soit trop tard!

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas: oui, faites-lui une bise.0
    Sur son blog son ami Olivier écrit:
    Il a quitté depuis longtemps ses proches, ceux qui auraient tant voulu lui apporter. Allez savoir pourquoi… Plus on s'approchait de lui, plus il s'éloignait, se retirait, s'enfermait, se recroquevillait, plus il s'oxydait, s'intoxiquait au point de consumer ses neurones en même temps qu'il goudronnait ses alvéoles. Sa mémoire s'est ainsi subitement évaporée, anéantie.
    C'est affreux, non pas d'écrire cela, mais de voir l'image de l'homme qui rétrécit et se consume devant son écran, en ne sortant que sur le Net.
    Je l'ai censuré sur mon blog quand il devenait odieux avec d'autres internautes en les appelant par leur nom de famille ou en leur suggérant d'aller se faire piquer. J'ai ri quand il revenait à la charge comme un fou furieux, asticoté par les joyeux lurons qui interviennent sur ce blog, sans méchanceté le plus souvent. Dominique était un internaute très énervable, et c'était amusant de chahuter quelqu'un d'aussi cultivé mais parfois cassant, raide, hautain. Comme si ça vous mettait sur un pied d'égalité, il est p'têt cultivé mais il est fêlé celui-là. Alors même qu'il me gueulait dessus, je prenais parfois sa défense parce que je voyais bien que ses engueulades maladroites, spectaculaires et comiques, étaient du flan et qu'il éclatait de colère parce qu'il était resté sur son argument d'avant et qu'il avait l'impression qu'on ne comprenait rien du tout à ce qu'il essayait de dire. Comme si ne pas être d'accord le faisait souffrir. Il en profitait pour reprendre sa respiration et embrayer de nouveau sur des colères un peu bizarres.
    Il était fêlé, oui.

    RépondreSupprimer
  5. Suzanne,

    Oui, mais vous, vous n'en avez pas pris plein la gueule, comme moi, avec des longues attaques en commentaire, sur ma personne, ma manière d'écrire. Comme vous dites, il était "fêlé" alors je ne bondissais pas trop au plafond sauf après quelques soirées trop arrosées où j'ai dit des conneries dans les commentaires chez vous (et je vous présente à nouveau mes excuses mais c'est souvent Didier qui me pousse à boire).

    Alors, vous comprendrez qu'il n'y a que maintenant que je puisse pardonner.

    Aussi, je n'ai pas envie de faire de la bise à Carine car elle n'a probablement pas compris pourquoi je pouvais avoir de la peine. Alors je vais tenter d'expliquer...

    Quand j'ai vu le billet d'Irène (j'ai galéré pour comprendre le fin fond, je n'avais que l'iPhone pour surfer), le personnage de blog "Champignac" est subitement une vraie personne, un être humain avec, en plus, des amis qui sont, pour certains, aussi mes amis. Dans la peine.

    RépondreSupprimer
  6. Où l'on (re)découvre que les blogueurs sont mortels – ou au moins sujets à la panne.

    Et ce n'est pas très drôle, même si on le savait déjà.

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Suzanne, l'autre soir alors que l'on taquinait le 5eme bouchon d'une bouteille de chablis, Didier , Nicolas et moi même devisions sur le personnage bloguesque de suzanne cad vous, nous imaginant le personnage.
    je me faisais la réflexion depuis longtemps que Suzanne pouvait très bien être Dominique ou quelqu'un d'autre .Je suis ravi de savoir que vous postez encore et touché par la santé de Dominique .

    RépondreSupprimer
  8. Fidel Castor: Houlala, aucun rapport avec moi. C'est un érudit. Et puis, je ne suis pas professeur (je n'ai pas que des vices, non plus!)

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer

  10. ---
    Salut
    j'ai suivi un lien chez Didier et me voilà...
    Bravo pour les notes !
    Bonne suite...
    ---

    RépondreSupprimer
  11. ---Merci de supprimer mes 2 commentaires.
    Je regrette d'avoir commenter ici.
    ---

    RépondreSupprimer
  12. Le Gaulois, je ne vous ai pas dit "bonjour et bienvenue". Voilà, c'est fait. Asseyez-vous, posez votre casque et goûtez la cervoise.

    RépondreSupprimer
  13. Il faut lire et relire Dominique. Il était brillant. Il était tellement brillant. Il souffrait beaucoup aussi. J'espère qu'à présent il ne souffre plus.
    Alice M

    RépondreSupprimer
  14. Alice M: je l'espère aussi. Merci pour votre passage...

    RépondreSupprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.