jeudi 23 septembre 2010

Tu ne blasphèmeras pas



" L’Union Européenne n’a aucune autorité morale qui lui donne le droit de faire la leçon à qui que ce soit. L’Union permet tous les jours des pratiques attentatoires à la liberté de conscience et d’expression sur tout son territoire. Je n’évoque pas de nouveau son refus de rendre obligatoire le droit à l’avortement dans tous les pays de l’Union qui est pourtant une liberté fondamentale de la personne humaine de sexe féminin. Ce fait est connu à présent. Un autre tout aussi grave est à connaitre qui participe de la bonne conscience à géométrie variable de cette institution qui, soi disant, nous protègerait. [...] Savez-vous que l’Union européenne n’interdit pas la punition du « blasphème » ? De nombreux pays en Europe le condamnent donc: c'est le cas du code pénal allemand et du code pénal autrichien. Au Danemark aussi l’article 140 du code pénal prévoit une peine de détention pour celui qui, publiquement, ridiculise ou insulte le dogme ou le culte d’une communauté religieuse. En Finlande, l’article 1er du code pénal punit de réclusion quiconque « aura publiquement blasphémé Dieu ». Des dispositions de même nature se retrouvent dans la législation pénale grecque, italienne, néerlandaise, suédoise ou norvégienne. A présent, les Pays Bas vont ôter de leur arsenal pénal un article qui punissait le blasphème. Mais il va être remplacé par une disposition qui condamne la discrimination, les “insultes graves” et les propos “inutilement blessants” à l’égard des individus, sur la base de “leur race, leur orientation sexuelle et leur religion”. Lier la lutte contre le blasphème à celui contre le racisme est habile. Mais le confondre avec la lutte contre l’homophobie est, par contre, antinomique. Cet obscurantisme progresse au lieu de reculer à mesure que dure notre chère Europe qui protège. Ainsi désormais, en Irlande, critiquer une religion pourra être puni d'une amende de 25000 euros. En effet, la loi sur la diffamation est entrée en vigueur ce 1er janvier 2010. Son article 36 crée le délit de blasphème. La loi s'applique à toutes les religions, pas seulement au catholicisme dominant en Irlande. Les militants laïcs irlandais ont mis en avant le ridicule de la notion même de blasphème puisque les représentants de chaque monothéisme sont blasphématoires aux yeux des représentants des autres. Le personnage de Jésus lui-même, dans l'évangile selon Jean, profère des attaques contre le judaïsme. L’évangile indique qu’il est d’ailleurs justement condamné pour blasphème par les autorités religieuses de Jérusalem. Il y a un caractère impraticable de la répression du blasphème du moment où la liberté de conscience est reconnue dans une société. Si l’on devait écouter les églises, Benoît XVI n’aurait-il pas dû être poursuivi et condamné quand en en 2006, déjà pape, il avait cité un empereur byzantin, selon lequel Mahomet n'avait apporté que « du mauvais et de l'inhumain » ? C’est en effet blasphématoire pour les musulmans.[...]"

C'est de Jean-Luc Mélenchon, sur son blog.


En France, il n'y a pas de blasphème. Par contre, l’article 26 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse dit que L'offense au Président de la République par l'un des moyens énoncés dans l'article 23 est punie d'une amende de 45 000 euros. Il faudrait prévenir les Français qui vont en Irlande, et les Irlandais qui viennent en France, de remplir leur porte-monnaie ou de retenir leur langue. Pour ceux qui s'exercent à l'antisarkozisme injurieux, toutefois, pas d'affolement. La dernière fois que notre cher président a porté plainte pour mots de travers l'insulteur a été condamné à verser trente euros.

Ha ha ha. Je me demande si ça vaut aussi pour les trente millions de dieux indiens. J'imagine au pub l'Irlandais qui traite les dieux indiens de minables connards, et l'indien qui agonit d'injures tout le panthéon celtique en retour. Le Juge a intérêt a prévoir des piles de rechange pour sa calculette. Il n'y a pas un dieu, un seul, même petit, même inconnu, qui aurait dit ou fait dire par son prophète "je suis venu vous apporter l'humour"?


***
crédit images: bouzou.files.wordpress.com





60 commentaires:

  1. Non de Dieu, Suzanne cite Méluche...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais si la condamnation du militant de Réseau Éducation Sans Frontières était appropriée ou non, toujours est-il qu'il aurait dû à mon sens être fessé en public pour sa mauvaise orthographe.

    La réplique courroucée de notre omniprésident au salon de l'agriculture de 2008 était en effet « Casse-toi, pauv'con ! » et non pas, comme on le lit trop souvent, « Casse toi pov'con ! », qui ne veut strictement rien dire.

    Ce n'est pas parce que Sarkozy fait à l'oral en moyenne une faute de français toutes les trois phrases qu'il faut retranscrire ses paroles en y ajoutant une orthographe défaillante, qui rend d'ailleurs bien moins compte de la teneur du message présidentiel.

    Ainsi, en l'espèce, je me demande si, dans son esprit d'éternel Neuilléen, ce n'était pas tant le substantif « con » que l'adjectif « pauvre » qui constituait la véritable insulte à l'adresse du pépère qui refusait de lui serrer la pince, ce que restitue beaucoup moins bien ce ridicule « pov' » qu'on voit partout.

    Sinon, pour ce qui est de l'insulte à chef d'état, je crois me souvenir que des dictateurs d'Afrique noire amis de la France qui poursuivaient pour ce motif une association tiers-mondiste ont été récemment déboutés, ce qui est heureux.

    RépondreSupprimer
  3. Ouais, bon... Je ne sais pas trop quoi penser de ce texte de Mélenchon, si ce n'est qu'il fait dire des conneries au Christ qui ne lui a strictement rien demandé.

    On y retrouve du reste tous les ingrédients du laïcard un peu con : "le personnage de Jésus" ; "obscurantisme" ; j'aime beaucoup...

    En fait, ce texte m'irrite, m'agace, m'énerve. Il est malhopnnête.

    Cela va sans dire que je suis bien évidemment contre une loi qui condamnerait le blasphème, tout comme je suis contre les lois qui en effet prévoient de punir toute atteinte aux symboles de la République.

    Pourquoi aurait-on le droit de cracher sur Dieu (qui unit très profondément dans leur être des millions de personne) et n'aurait-on en effet pas le droit de siffler la marseillaise ou de se torcher avec le drapeau.

    N'est-ce pas clairement une forme de discrimination ? Etes-vous défini par votre drapeau autant qu'un croyant l'est par Dieu ?

    Bref, les chrétiens tiennent encore le gros du pavé. On ne les jette que dans leur mare.

    La vérité, c'est que Loi ou non, la seule religion en France dont on peut dire du mal sans risquer de se prendre une moitié de lune sur la gueule, c'est la religion catholique.

    Il suffit au Pape de prendre un avion pour déclencher une vague de protestations effarouchées, comme s'il était à mettre au même niveau qu'un Khadafi ou un membre du PC chinois. Faut arrêter la déconne...

    Qu'ils continuent tous comme cela. A ce train, les églises se rempliront un peu plus...

    RépondreSupprimer
  4. ..."des dictateurs d'Afrique noire amis de la France qui poursuivaient pour ce motif une association tiers-mondiste "
    Chieuvrou: les dictateurs d'Afrique noire, eux, ce n'est pas pour la justice, c'est pour bouffer de l'humanitaire joufflu.

    Nicolas: J'ai failli le faire pour son article contre la burqa aussi.
    Mélenchon, c'est un peu de Marchais dans un Zemmour de gauche.

    RépondreSupprimer
  5. Dorham: Ce que je vois en filigrane dans le discours de Mélenchon, c'est qu'il faut tenir bon sur l'absence de notion de blasphème reconnu par la loi, en France. "Cet obscurantisme progresse au lieu de reculer à mesure que dure notre chère Europe qui protège."
    Les catholiques en ont soupé mes moqueries, des caricatures, des attaques. Ils sont tannés maintenant, et ce n'est pas le moment de fléchir devant l'islam, et d'accorder à cette religion des prérogatives que l'on a refusées aux chrétiens. On ne se moque pas beaucoup des musulmans. Des talibans, des intégristes dans les pays lointains, oui, mais se moquer des intégristes de chez nous en titillant l'image de leur prophète reste mal vu. Est-ce qu'on continue avec notre laïcité, ou est-ce qu'on l'ébrèche ?

    RépondreSupprimer
  6. Okay, je suis d'accord avec votre façon de traduire ce texte. D'accord avec votre façon de le formuler, ça me va.

    Peut-on se moquer des juifs, je veux dire, quand on n'est pas juif ? Pas trop non plus, il me semble.

    En fait, je suis tout à fait favorable à la libéralisation de la parole athée (qui n'a pas beaucoup d'entrâves quand même). J'espère simplement que l'on permettra aux fidèles d'être comme ils sont en dehors de chez eux - j'exclue bien entendu de cela les signes religieux qui n'ont pas à être affichés.

    La religion peut être revenidiquée, nous pouvons et avons le droit de témoigner de ce que nous sommes tout en restant humbles ; l'humilité étant (y compris dans le refus de l'ostentation), du reste, l'un des fondements de la religion chrétienne.

    Je le répète, si je cantonnais ma foi exclusivement dans le cadre de la sphère privée, j'en serais quasiment réduit au silence. Est-ce ce que l'on veut.

    RépondreSupprimer
  7. "Le personnage de Jésus lui-même, dans l'évangile selon Jean, profère des attaques contre le judaïsme. L’évangile indique qu’il est d’ailleurs justement condamné pour blasphème par les autorités religieuses de Jérusalem."

    Nonobstant les deux ou trois choses (éventuellement) "pertinentes" que je viens de lire dans son texte, quel con ce Mélanchon !

    RépondreSupprimer
  8. "Est-ce ce que l'on veut"? .Dorham: pas moi en tout cas. De toute façon, on a bu le lait du christianisme, on y est inextricablement liés. Et il y a beaucoup de pertes avec l'effacement du catholicisme, et pas seulement le son des cloches dans les campagnes.

    RépondreSupprimer
  9. Christophe: Mélenchon ne connait peut-être pas bien ses Ecritures. J'ai comme l'impression que ça nous pend au nez, les lois antiblasphème, même si elles ne disent pas leur nom et se cachent sous l'antiracisme comme au Pays-Bas.

    RépondreSupprimer
  10. Suzanne,

    La phrase que cite Christophe m'a également dérangé, c'est ici que l'on voit à quel point la question du blasphème est délicate, à quel point il est difficile pour un catholique par exemple de lire ce genre de choses, qui - il faut bien le dire - constitue une forme achevée de mépris.

    C'est donc au prix d'un immense effort qu'il nous faut accepter cette liberté - qui constitue surtout une liberté de l'autre. Le respect dont nous faisons preuve à l'occasion pourrait de temps en temps nous être retourné.

    Le discours de Mélenchon passerait mieux auprès des croyants sans ces attaques déguisés, pas vraiment franches du collier. Que dirait Mélenchon si j'allais pisser sur la tombe de Jaurès à Albi ? Il pousserait des cris de bête sans doute.

    Parfois, on a l'impression que le religieux a été supplanté par le sacro-saint républicain. A-t-on le droit d'être non-républicain en France ? Non, on n'a pas le droit. Pour la démocratie devrait tolérer y compris ceux qui rêvent un changement de système démocratique (car - techniquement - il y a d'autres systèmes démocratiques que le système républicain).

    Le blasphème est une atteinte au sacré et le sacré n'est pas du tout l'apanage des religieux. Or, si nous devions tout remettre à plat, nous considèrerions très vite qu'il n'y a plus de respect à observer envers quoi que ce soit.

    Pour moi, la question est vraiment, vraiment très difficile à résoudre, plus j'y pense, plus je la trouve même insoluble...

    RépondreSupprimer
  11. Trop amusant ! Méluche, ce dieu vivant !!! j'ai trop envie d'avaler un clown !

    RépondreSupprimer
  12. Dorham: Il y a quelques jours, j'ai déjeûné dans une crêperie. La terrasse ayant des pavés inégaux, la table bougeait beaucoup. Attendez, a dit le jeune patron; il s'est dirigé vers une étagère de la salle, a poussé quelques livres, et est revenu avec une toute petite Bible pour en caler le pied. Elle avait déjà servi à cet usage, au vu des marques sur sa couverture. Voilà, a-t-il dit, au moins la religion sert à quelque chose. Ce n'est pas passé inaperçu. Il y avait un client qui souriait, un autre qui haussait les sourcils, mais personne n'a réagi. J'ai trouvé ça pas très fin, pas fin du tout même (et alors ? c'est drôle quand on a treize ans, mais après ?) mais la divine providence se vengea très bien toute seule, ses crèpes étaient infectes et personne n'en redemanda. Je n'aurais pas trouvé ça très fin avec un Coran non plus,ni plus ni moins, mais là, je pense qu' il n'aurait pas osé, et que s'il avait osé, les réactions auraient été autres.
    Il y a la loi qui ne doit pas s'en mêler, et comme vous dites il y a le respect, la politesse, la prévenance.

    RépondreSupprimer
  13. "Je pense qu'avec un Coran il n'aurait pas osé..."
    Quelle remarque stupide !
    Et avec les upanishads ou le livre des morts tibétains ?

    RépondreSupprimer
  14. "Et avec les upanishads ou le livre des morts tibétains ?"

    Oh, ceux-là, il faut déjà savoir qu'ils existent, et reconnaître la couverture !

    RépondreSupprimer
  15. Suzanne, vraiment, j'aurais préféré que vous eussiez réagi autrement qu'en écrivant cet anecdote ici.
    Je suis déçu.

    RépondreSupprimer
  16. "Mélenchon, c'est un peu de Marchais dans un Zemmour de gauche. "

    "..... apporté l'humour"

    Hum, excellent tout ça. Excellent.

    Ca nous pend au nez, je suis d'accord mais je ne désespère pas des cathos français pour rejeter toute idée de loi anti-blasphème. Un Dieu protégé par la loi est une pacotille.

    RépondreSupprimer
  17. bmode s'essaie au cynisme mais ça ne lui va pas trop au teint. En fait, les mecs de ruminances aimeraient être de gauche et en même temps mal appris comme des réacs. Faut s'assumer les gars...

    RépondreSupprimer
  18. Dorham: je crois que B.Mode trolle, plutôt. (Il faut bien que jeunesse se passe.) Mélenchon est bien-aimé chez Ruminances.

    Tzatza: au moins vous ne décevez ni me surprenez jamais, vous. Toujours le même ton de lamentation désapprobatrice. À la prochaine.

    RépondreSupprimer
  19. Il n'est pas très bon en trollage non plus...

    RépondreSupprimer
  20. Il est moins bon en trollage que Didier, peut-être, mais il se tient très bien au comptoir, lui !

    RépondreSupprimer
  21. Nicolas: défense de parler de vomi.

    RépondreSupprimer
  22. Mais Didier ne vomit pas. Voila Suzanne qui confond avec Balmeyer et Gael Detoutderien !

    RépondreSupprimer
  23. ah, oui, Didier jette juste les bières. On s'y perd, dans ces histoires de saloon. Et B.mode écluse normalement, alors ?

    RépondreSupprimer
  24. oh, Balmeyer, cher ange subitement réaparu !
    (il a mis une alerte sur le mot "vomi". C'est tragique.)

    RépondreSupprimer
  25. Oui.

    Enfin je crois : j'étais saoul avant lui.

    RépondreSupprimer
  26. Balmeyer a du travail pour surveiller la blogosphère.

    RépondreSupprimer
  27. De toute façon les ruminants ne vomissent pas, ils régurgitent.

    RépondreSupprimer
  28. Non, c'est Nicolas qui se vante de ses exploits, le sadique.

    Mais je ne suis pas complètement disparu, je suis venu, j'ai lu, et j'ai hésitu, car passer après 800 pages de Dorham laissées en six mois, c'est hard.

    Ca va bien par chez vous ?

    RépondreSupprimer
  29. Balmeyer: faites comme tout le monde, sautez les commentaires de Dorham, les miens, les phrases de plus de cinq mots, et vous verrez, tout baigne.

    Malavita: très juste. Mais bon, quand on compare aux vomisseurs, c'est plutôt mieux.

    RépondreSupprimer
  30. (Dorham, Suzanne, je rigole hein, ils sont bath vos commentaires)

    RépondreSupprimer
  31. Sur cette thématique il convient de se reporter à la chanson des Rolling Bidochons Comme tu dégueules, parodie de Come together des Beatles.

    RépondreSupprimer
  32. Les paroles :
    COMME TU DÉGUEULES


    J'ai tout le plafond qui cogne
    J'ai trop sifflé de picrate
    Sûr je vais tomber dans les pommes
    Voilà que ça remonte, gaffe à la flaque

    Hey, donne-moi de l'aspirine
    Oh que j'ai mal au coeur, je suis pâle comme un vampire

    Ho ouais le Chouchen c'est traître
    Ça résonne dans la tête
    J'ai des relents genre mazout
    Je crois qu'on va revoir la soupe

    Je suis mou, c'est fini
    Vite appel le SAMU ou je vais crever cette nuit

    Comme tu dégueules
    Wouah, baaaah... ô vomi

    J'ai le trac, je suis tout jaune chinetoque
    Je me suis noyé la glotte
    Oh je me s'aborde la forme
    J'ai les carters qui cèdent

    Vite donne de l'eau, chérie
    Ma parole de menteur je boirai plus que du jus de fruit

    Comme tu dégueules
    Wouah, Baaahhh... ô vomi

    Comme tu dégueules
    Comme tu dégueules
    Comme tu dégueules
    Comme tu dégueules
    Comme tu dégueules
    Comme tu dégueules
    Comme tu dégueules
    Comme tu dégueules
    Comme tu dégueules

    RépondreSupprimer
  33. Ah oui ! Et jeune pine chatte flasque sur l'air de Jumping Jack Flash.

    Mais ça ne parle pas de vomi.

    RépondreSupprimer
  34. Dorham
    je ne me lasse pas de votre suffisance ! Et surtout de votre insuffisance ! A part caguer tel un
    catho snobinard de soirée bourgeoise sur le voisin, vous avez des idées ?

    RépondreSupprimer
  35. Malavita: je ne connaissais pas les Rolling Bidochon, merci !

    B.Mode: vous faites comme la Pecnaude. On critique un texte, un blog, et vous répondez "et toi, tu fais quoi de ta vie" ? (sous entendant qu'elle est oisive, bourgeoise et inutile de préférence). Voila qui me fait penser à je ne sais plus qui des Femmes Engagées qui disait qu'elles ne perdaient pas leur temps sur les blogs futiles de bavardage, mais qu'elles s'engageaient sérieux, pur et dur et qu'il était anti tout ce qu'on veut de les critiquer.

    C'est qu'du blog, tout ça.

    RépondreSupprimer
  36. Bmode, (je souris pour commencer car je trouve ton commentaire délicieux, pour une raison que je vais garder pour moi ; c'est encore plus délicieux comme cela)

    Je suis très content que tu ne parviennes à te lasser de ma personne, bmode, je te trouve très courageux de le dire, une fois que l'on s'est avoué cela, on va beaucoup mieux, crois-moi.

    Je te l'avoue aussi, du reste, moi non plus, je ne me lasse pas de ma propre personne. J'adore à l'évidence ma propre compagnie et c'est une chose que je partage avec nombre d'individus de goût. J'en suis un moi-même, bien sûr, un homme d'une grande finesse, à la culture impeccable (et officielle), je suis même assez beau garçon, ce qui ne gâche rien ; en bref, diner en ma compagnie constitue sans aucun doute l'une des formes les plus raffinées de soirée bourgeoise. Tu as vu juste et je t'en félicite.

    Quant aux idées, je n'en ai pas, il est vrai, je n'ai pas cette prétention. Je ne suis pas du genre à avoir des "idées" dans un sac, prêtes à sortir par jour de grand froid. Les idées, comme tout homme normalement constitué du bulbe, je ne les ai pas, je les cherche.

    RépondreSupprimer
  37. Dorham, occupez vous à votre passe temps favori, vous lorgner le trou du cul et oubliez nous ! Vous perdez votre temps et surtout vous nous faites perdre le notre ! Ce sera mon dernier message ici !

    RépondreSupprimer
  38. Bmode,

    Tu es décidément consternant. Faut pas t'énerver comme ça, tu vas te froisser un doigt ou démonter des touches de ton clavier.

    Rassure-toi, je me contrefous de vous et de votre blog que je ne lis pas vraiment et que je ne vais pas lire davantage à partir d'aujourd'hui. D'ailleurs, je me contrefous des blogs et des blogueurs en général que je trouve aux trois-quarts puants, prétentieux et en excès de sérieux.

    Je n'ai fait en réalité qu'intervenir à propos de vos interrogations minables sur le 11 septembre. Aucun d'entre vous n'est capable de répondre au moindre argument (et j'en ai apporté quelques uns, circonstanciés et documentés). Je ne sais si c'est à cause du fait que vous semblez être tous experts en trou du cul ou en scatologie (en tout cas, toi, tu as l'air d'être préoccupé par la question anale).

    Ce ne sera pas mon dernier commentaire ici parce que j'aime bien Suzanne, ce serait dommage de s'en priver - Suzanne, que vous n'hésitez pas du reste à traiter de vilaine raciste à tout bout de champ. (comme si ceci n'était pas un insulte, et une des pires encore)

    Je suppose que ça vous défrise de voir que l'on peut aussi vous mettre en cause et vous accuser de défendre des thèses DEFENDUES EGALEMENT PAR DES ANTISEMITES NOTOIRES dont le projet est de mettre à jour un prétendu complot juif dans le monde. Vous ne vous interrogerez pas à ce propos, c'est dommage mais attendu.

    Cela vous défrise mais c'est comme ça. Vous pouvez d'ores et déjà me foutre dans la case que vous voulez, tout cela n'est reste pas moins vrai et surtout, cela ne trompe absolument personne.

    Allez donc vaquer, je lâche la bride, en effet, vous et toi en particulier ne valez pas le temps qu'on vous a consacré (pour ce qui est de celui que tu dis perdre par ma faute, chacun est responsable de sa couenne, tu ne peux donc t'en prendre qu'à toi-même).

    RépondreSupprimer
  39. @ Dorham. Pour quelqu'un qui ne daigne pas lire la prose ruminante, vous en parlez longuement. Je n'ose pas imaginer ce que cela donnerait si vous nous lisiez !

    RépondreSupprimer
  40. Lediazec,
    j'ai parlé longuement d'UN billet. De Christophe Certain. Et des commentaires du même billet. Ceci, d'après un lien donné par Suzanne. Je ne vous lis pas, c'est la vérité. Je lis d'ailleurs très peu de blogs. 4 ou 5 au bas mot. Voilà.

    RépondreSupprimer
  41. Bon, on a fait perdre du temps aux chevaliers de l'antisarkozisme. Temps qu'il aurait fallu consacrer à conspuer notre petit président, sa chanteuse de cire, ses ministres opportunistes et amoraux, et à percer les écrans de fumée toussés par des medias de plus en plus populistes, vendus et corrompus.
    On ne peut pas demander aux Ruminants de réfléchir. Il y en a un qui écrit un article, les dix autres le félicitent et maudissent Sarko. Il répond et maudit Sarko. Si on critique quoi que ce soit, c'est qu'on est un suppôt de Sarko et qu'on n'aime pas les arabes et qu'on veut vivre entre blancs bourgeois en saignant le peuple et le tiers monde.(je simplifie, mais pas tellement).
    L'article sur le 11 septembre, ce n'était pas un article sur le 11 septembre, mais un article qui dénonçait le muselage de la télé et des médias par Sarko et par le grand satan américain. Tout ce qui s'oppose à Sarko et à la télé est bon, et tous ceux qui demandent de réfléchir et de soupeser est suspect et mauvais, ça ne va pas plus loin et on y revient TOUJOURS. Voilà pourquoi la réaction de la Pecnaude "mais où avez-vous vu que je parlais du 11 septembre", voilà pourquoi la réaction de B.mode "je ne crois pas aux théories du complot", etc. Réfléchir, ça ne sert à rien, c'est "s'observer le trou du cul", ne pas réfléchir à l'unisson, c'est mieux.

    Bel essai de Dorham et de Malavita, mais pas transformé, hélas.

    RépondreSupprimer
  42. Ceci dit, moi aussi j'en ai marre de Sarko, et de son bestaire médiatique de ministres bouffons, rien que de voir Hortefeux me dégoute, mais ce n'est pas la question

    RépondreSupprimer
  43. Tu blasphèmeras ton Prochain comme Toi-même, voilà ce que je m'ordonne quand je ne crois plus (en moi-même). Mais bon, comme dirait notre sage hôtesse, "ce n'est pas la question".

    RépondreSupprimer
  44. @ Suzanne. Après lecture de votre long et récurrent commentaire, un constat : vous n'avez rien compris.
    Continuez. A force de taper, vous finirez, qui sait, par enfoncer le clou.

    RépondreSupprimer
  45. @Lediazec : sur le sujet du 11 septembre, si vous avez peur de vous salir les mains avec la presse bourgeoise vous pouvez lire l'article de Valéry Rasplus dans le Monde Libertaire (semaine du 9 au 15 septembre) intitulé "les tours ont bel et bien existé".

    Le même Valéry Rasplus est l'auteur d'une recension du livre de Jérôme Quirant sur le site Bibliobs (ICI).

    Je suis optimiste, je pars du principe que vous pouvez avoir envie de comprendre.

    RépondreSupprimer
  46. Ben dites donc, ça castagne velu, par ici !

    (Et c'est vrai que je ne vomis pas. Par contre, il m'arrive de m'écrouler sur le trottoir...)

    RépondreSupprimer
  47. Malavita,

    Dialoguer, c'est parier sur l'intelligence de l'interlocuteur après tout...

    RépondreSupprimer
  48. Lediazec: ah bon, je n'ai rien compris ? Alors, vous avez VRAIMENT lu l'article de Christophe Certain, vous trouvez VRAIMENT que ce Meyssan a raison, vous trouvez VRAIMENT que ce site reopen est digne d'intérêt ? Je n'ose même pas vous demander si, comme la Pecnaude, vous croyaz aussi qu'il y avait une troisième tour ? Vous donnez entièrement raison à Dorham, en fait ? Ben merdalors. Je me disais ils ne se lisent pas, ils se complimentent, ils se la jouent inébranlable bande de potes anarchistes du bon vieux temps, mais ça me fait tout chose de voir que finalement, vous êtes VRAIMENT d'accord avec l'article de Christophe Certain. Brrrr....

    RépondreSupprimer
  49. @ Suzanne. Toujours hors-sujet. Continuez, vous finirez par l'enfoncer, ce putain de clou !

    RépondreSupprimer
  50. Lediazec: je n'ai pas forcément envie de comprendre à laquelle des théories de reopen vous adhérez le plus, non plus. Entre les Juifs qui veulent gouverner le monde, ben laden et sa cause héroique contre le grand Satan, l'ovni de la planète d'à coté, les services secrets américains qui nous ont caché que Kennedy n'est pas mort et conduisait le cinquième avion,la prédiction de nostradamus ou du protocole de Sion, bref... gardez vos explications, et vos clous, et votre marteau. Bise.

    RépondreSupprimer
  51. ...et répondez donc à Dorham et Malavita, Lediazec, si vous le pouvez.

    RépondreSupprimer
  52. Ma blogroll me signale un article inexistant (à propos du bac) : c'est normal, ça ?

    RépondreSupprimer
  53. Didier: voilà, j'ai fait un billet pour vous répondre.

    RépondreSupprimer
  54. Trop tard, Suzanne, j'ai déjà porté plainte...

    RépondreSupprimer
  55. (et de manière plus générale, avec Dédé Boumboum, nous nous constituons partie civile pour toutes les diffamations).

    RépondreSupprimer
  56. Balmeyer: au pire, j'ai de très bons amis gitans.

    RépondreSupprimer
  57. au pire, j'ai de très bons amis gitans.


    Tant que vous n'avez pas un stérilet au cuivre...

    RépondreSupprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.