mardi 4 mai 2010

Qu'est-ce qui est diffamatoire?


Sur son blog, le Coucou appelle à défendre Fansolo, blogueur accusé de diffamation envers un homme politique.
Sur son blog, Didier Goux appelle à défendre Jonathan, un blogueur accusé de diffamation envers un supposé dealer et sa famille.

Qu'est-ce que la diffamation, jusqu'où peut aller l'accusation de diffamation ?

Si j'écris, par exemple, que mon voisin Dédé Boumboum (je suis certaine qu'aucun de mes voisins s'appelle ainsi) frappe son chien à grands coups de pieds dans le ventre quand il a pris du crack, Dédé Boumboum peut entrer dans une grande colère et avoir gain de cause si ce n'est pas vrai, mais s'il a déjà été condamné pour ces faits, est-ce de la diffamation ?

Supposons que ce soit vrai. Est ce que j'ai le droit d'écrire dans un blog "Dédé boum boum se présente aux élections de chef du club de pétanque , alors que tout le monde sait qu'il a déjà été condamné pour affaires de drogue et de violence, est-ce de la diffamation ?

Si j'écris sur ce blog, là, maintenant, une histoire que je présente comme fiction, qui met en scène un Georges impuissant à la bite tordue et aux mains glacées, est-ce que je risque un jour de voir débarquer un de mes anciens amants qui s'appelle Georges, ou même un amant qui s'appelle François, mais dont il est de notorité publique qu'il a la bite tordue et les mains glacées, ou même un Georges qui n'a rien à voir de près ou de loin avec mes aventures amoureuses? est-ce de la diffamation ?

Si j'écris: "il s'appelait Chico, et il plantait sa caravane dans le camp de manouches entre la décharge municipale et l'usine de traitement des eaux. Il n'avait connu que les petits trafics, les vols de cuivre sur les chantiers, les caravanes défoncées et les cellules des prisons avoisinantes."
Est-ce que je risque de me faire embêter par Chico s'il existe tel que je le décris, par Adam qui prétendra que Chico c'est lui?

Merci de m'éclairer. (Coucou, Georges...)

64 commentaires:

  1. Dédé Boumboum4 mai 2010 à 12:56

    Votre article est scandaleux. Je porte plainte.

    RépondreSupprimer
  2. Mordelol !(kilékon, ce Nicolas !)

    RépondreSupprimer
  3. Je porte plainte également, car on voit bien qui, en réalité, vise votre "Dédé".

    RépondreSupprimer
  4. Suzanne,

    Je venais pour le faire, mais là, ce n'est pas moi.

    RépondreSupprimer
  5. La bite tordue a un rapport avec la main glacée ?

    RépondreSupprimer
  6. Pour Georges, je le savais, j'en étais sûr !!! Même si j'aurais plus parier sur des "mains moites"...

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas,

    Nan, mais l'impuissance peut-être...

    RépondreSupprimer
  8. Suzanne : v'nez pas vous plaindre si Georges débarque ici, hein !

    RépondreSupprimer
  9. Didier,

    Elle a peur de rien Suzanne ! C'est une guerrière...

    Chico, c'est pas le chanteur des Gipsy Kings ?

    RépondreSupprimer
  10. Didier: il ne viendra pas, je fais plein de fautes de typographie et j'écris comme un pied et je n'y connais rien à la musique et tout et tout.

    Bon, personne ne répond à mes questions ?

    RépondreSupprimer
  11. C'est ça, Dorham, allez, attirez-moi des ennuis !

    RépondreSupprimer
  12. J'étais sûr que Nicolas se ferait accuser.

    Pour votre réponse, il me faudrait lire le billet original de Johnathan. Après, comme ça, là, au feeling, à froid, porter une accusation de trafic de drogue, avec légalement la présomption d'innocence, c'est légèrement différent d'écrire un blog politique satirique.

    (vous voyez, je trollotte un peu, histoire que votre billet ne s'effondre pas sous les remarques concernant votre sexualité aux plus sombres heures de notre Histoire).

    RépondreSupprimer
  13. En fait, le premier commentaire de Suzanne est de la diffamation. Sauf si elle arrive à prouver que je suis réellement con.

    Tiens ! J'aurais du fermer ma gueule, moi...

    RépondreSupprimer
  14. Balmeyer,

    Tu veux dire que Suzanne aurait fauté avec les Allemands pendant la guerre ? C'est limite diffamatoire dans la mesure où elle était légitimement marié.

    RépondreSupprimer
  15. Suzanne emploie à dessein le prénom Chico car elle sait que j'ai une dent à me faire soigner. Mettre en doute mon hygiène dentaire sur la place publique, c'est inadmissible.

    RépondreSupprimer
  16. Balmeyer, merci! Purée, ça va me poursuivre longtemps, le coup de la sexualité pétainiste. Je préviens les diffamateurs que le Tribunal, dans certains cas qui font jurisprudence, a condamné des hommes qui diffamaient une femme en prétendant que ce n'était pas un bon coup à une reconstitution du corps du délit en présence d'un huissier, afin qu'elle puisse obtenir réparation en démontrant le contraire. J'ai 81 ans, mais j'ai confiance en la justice de mon pays.

    RépondreSupprimer
  17. Le reconstitution sera télévisée ?

    RépondreSupprimer
  18. Je crois me souvenir que Dominique de Champignac vous avait expliqué ici-même que l'on pouvait être condamné pour diffamation même si les propos visés étaient factuellement exacts : il suffit qu'ils soient attentatoires à l'honneur ou à la réputation, quelque chose dans ce goût-là.

    RépondreSupprimer
  19. Malavita, oui, mais est-ce que c'est vrai ? Est-ce qu'il ne faut pas en plus un chouïa d'autre chose ?

    Par exemple, tout homme politique qui a milité dans un mouvement, écrit dans un journal, qui ne représente plus du tout ses opinions actuelles, peut-il se plaindre qu'on le diffame si on le lui rappelle sobrement ? Sans dire "ce nazi de Machin, qui se présente sous la bannière PC", je comprends que ce soit diffamatoire si le gars était nazillon à 14 ans, mais si on dit "machin a changé d'opinion au cours de sa vie, il militait dans le groupe "tuonstouslesjuifs" dans sa jeunesse, et au PC à 30 ans, etc"...

    RépondreSupprimer
  20. Lu dans le Télégramme de Brest (28/04) :

    " à vendre cause double-emploi sex-toy en forme de francisque, état neuf, peu servi"

    Tout s'explique.

    RépondreSupprimer
  21. Rien que de voir l'image, ça me fait MAL.

    RépondreSupprimer
  22. Mais non : les trucs sur les côtés sont des poignées(d'amour).

    Sinon, plus sérieusement :
    "la diffamation est l'imputation de faits de nature à porter atteinte à l'honneur ou à la considération, par opposition à l'injure qui est une expression outrageante n'imputant aucun fait."

    (Eolas sur une affaire de diffamation)

    RépondreSupprimer
  23. D'abord, on ne plante pas sa caravane... On plante une toile de tente, d'accord, mais pas une caravane. Une caravane se gare, s'entrepose à la rigueur...

    RépondreSupprimer
  24. En relisant le texte de ce brave Jonathan et en relisant votre billet, Suzanne, je me dis qu'on peut au moins lui imputer un crime à ce jeune homme qui aime les brebis et les tanks : il écrit comme un pied.

    Je préfére donc de très loin lire vos diffamations...

    RépondreSupprimer
  25. Nicolas,

    mais non,

    Chico et Vendetta...

    RépondreSupprimer
  26. Il serait peut-être temps d'aborder la tendance de certains à la consanguinité, vous ne trouvez pas ?

    RépondreSupprimer
  27. D'ailleurs, avec Chico, on a matière.

    RépondreSupprimer
  28. Je suis actuellement l'objet d'une information judiciaire pour diffamation, moi aussi. J'ai juste rappelé le passé d'extrême droite un peu turbulent d'un dirigeant de presse. Je ne devrais pas être inquiété plus que cela : ce que j'avais écrit date de plus d'un an et normalement il y a prescription (je dis normalement, parce que la jurisprudence est bizarre par moments). Mes propos ont été supprimés de la Toile suite à la plainte. Mais je ne sais pas du tout où j'en suis pour cette histoire : je ne recevrai probablement aucune notification d'un classement sans suite. Mais ouf ! cela fait peur dans un premier temps.

    La plainte pour diffamation est l'une des choses les plus perverses qui soient dans le monde judiciaire. Elle relève en général de l'intimidation : peu importe que les faits soient avérés, voire jugés, vous serez condamné parce que tout dépend de l'appréciation du tribunal et de sa libre interprétation du préjudice subi. On n'évalue la diffamation qu'en fonction du tort causé à une réputation, indépendamment de la réalité. En outre, il est possible de se trouver traduit en justice parce qu'une personne se reconnaît dans un portrait totalement imaginaire ou fantaisiste. C'est l'arme fatale.

    RépondreSupprimer
  29. "Le jeune homme qui aimait les brebis et les tanks"

    Un titre admirable de fiction.

    RépondreSupprimer
  30. "J'ai juste rappelé le passé d'extrême droite un peu turbulent d'un dirigeant de presse."

    Ah bon ? C'était qui et il a fait quoi dans son passé ?

    RépondreSupprimer
  31. Ah, c'est facile, ça, Dorham. Il écrit comme un pied, ou il écrit comme Rimbaud, alors on ne le considère pas de la même façon. J'ai lu son texte, et s'il n'y a QUE sont texte comme base d'accusation, je ne vois pas où est la diffamation (il y a peut-être d'autres textes où il est plus explicite, ce qui expliquerait la sévérité du juge, mais c'est impossible de juger quoi que ce soit avec un seul son de cloche)

    RépondreSupprimer
  32. Dorham, on dirait un trublion de fond de classe! Arrêtez, je ne veux pas qu'on m'accuse de complicité de diffamation non-avérée ! j'ai des enfants! j'ai un chat!

    Dominique, oui pour votre deuxième paragraphe. Conclusion: il faut être subtil.

    RépondreSupprimer
  33. Suzanne,

    Comme je l'ai écrit à Fabrice chez Didier, je peine à vraiment identifier le caractère diffamatoire du billet. Pas de nom de famille, pas de localisation géographique, de description physique...

    En revanche, ce texte me met mal à l'aise, sincèrement. Et la dernière phrase, qui n'a pas sauté aux yeux de Fabrice me semble, elle, constituer l'indice qu'il ne s'agit pas d'une fiction. Mais cela n'est pas suffisant à mes yeux pour constituer de quoi punir pénalement quelqu'un.

    RépondreSupprimer
  34. Vous pouvez me donner le lien, je crois ne l'avoir pas trouvé, je dois être un peu golio (sans vouloir diffamer si un golio vous lisait bien sûr) ?

    RépondreSupprimer
  35. Dorham: mais on trouve mille fois plus excessif dans le style "ils viennent manger nos allocs et droguer nos enfants". Ce qui est soulignable, étonnant et raillable, c'est que certaines personnes en faute aient le sentiment qu'il suffit de porter plainte quand quelque chose vous excède ou vous dérange, pour que l'opinion se sensibilise et que la Justice leur donne raison. Je pense à tous ces parents qui portent plainte contre un professeur qui a touché, maintenu, ou pire filé un coup de pied au cul à leur enfant en pleine explosion de colère ou de violence, par exemple.

    Dans un collège que je connais: le professeur d'HG parle de l'excision en égypte, et les enfants prennent en note une phrase bateau sur l'inégalité hommes-femmes, bref: plainte des parents. Plainte déboutée, mais petit sermon quand même, pour un professeur (un militant PCF!) humilié.

    RépondreSupprimer
  36. Suzanne,

    Mais on est d'accord.

    Même si je trouve ce texte médiocre, même s'il me semble également révéler une personnalité plutôt médiocre, je n'y vois pas matière à condamnation.

    Je l'ai dit, je le redis donc.

    RépondreSupprimer
  37. @Dorham

    La première phrase bouchait mon champ de vision si bien que la dernière n'a trouvé nulle place pour me titiller ;)

    Sur cette affaire en particulier je ne défend pas tant la famille qui a porté plainte que la justice que je préfère croire plus honnête dans ses jugements qu'un jeune homme qui tente maladroitement de se faire passer pour un martyre de la liberté d'expression.

    RépondreSupprimer
  38. Suzanne, j’ai pensé à vous et à cette histoire pendant le repas, tenez, buvant de l’eau de Vichy, et je voudrais revenir sur un point, pour répondre à la question de base :

    Quel bruit aurait fait cette nouvelle, s’il s’était agi d’une « famille » lambda portant plainte contre un blogueur lambda ? A peine un vague rire, façon « insolites chez Yahoo » ; on aurait dit vaguement, sans conviction, même au détriment de la présomption d’innocence : « sont gonflés quand même les familles de dealers qu’attaquent un blogueur ».

    Ici, soyons objectif, c’est le fait que la famille plaignante soit magrébine qui justifie l’existence médiatique même, de ce fait divers (je sais, laissez-moi finir) (réfléchir d’ailleurs sur la notion de culpabilité familliale). Vous enlevez ce détail, croyez-vous que fdesouche aurait pris la peine de s’indigner ? Objectivement, si je leur dis, à fdesouche :

    « mon voisin Alain fait de la perceuse à 23h00 alors que j’ai un enfant »

    Vont-ils plus ou moins se manifester, et la nouvelle susciter un élan d’indignation plus ou moins grand que si je dis :

    « mon voisin la famille Mohamed et ses nombreux enfants et même des animaux hallal font de la perceuse à 22h30 alors que j’ai un petit enfant, Alain ? »

    Honnêtement, c’est ce détail, cette « indignation comparée » à la Dieudonné, (on s’indigne pour çà mais pourquoi pas pour ça ?) qui est à l’origine de ce débat.

    Le procédé est celui-ci : l’existence de ce fait médiatique est biaisée, et on nous demande l’effort d’être neutre un instant, d’écarter nos préjugés pour juger. L’exercice étant réussi, il nous faut dire : « Mais que diable, Mouloud est méchant en vérité, tiens, je cesse d’être communiste pour la peine », et fuir aussi vite une neutralité dont on a été rhétoriquement affublé. Ce qui fait que, même si « dans la vraie vie », les vrais gens (de tous bords) sont capables de discerner, dans les blogs, les ficèles sont en générales trop grosses pour que ça marche !

    RépondreSupprimer
  39. Suzanne:
    un jour, je trouve un petit texte de prospective amusant sur le bouquin d'anglais des 5ème (il s'agissait d'amener doucement, sans douleur et sans violence grammaticale traumatisante la conjugaison au futur, vous l'aurez deviné).
    Dans ce texte, on explique que dans 50 ans...ceci, ceci, celà et surtout il n'y aura plus d'école, tout se passant via ordinateur et internet. Imaginez les gamins: chouette, plus d'école, plus de profs, plus de notes, bref, le bonheur assuré.
    Moi, mauvais esprit: mais vous savez que de par le vaste monde, beaucoup d'enfants aimeraient bien venir à l'école? que l'école, c'est le savoir, le savoir est la liberté, etc, bref, j'éduque à donf. Et de prendre comme exemple les petits Mexicains qui fabriquent des briques ou fouillent les décharges à 4 ans, les petits Indiens et Marocains qui fabriquent des tapis, etc etc. Mauvais esprit quoi. Je n'ai pas parlé de la prostitution juvénile...
    Il s'est évidemment, par provocation, trouvé un jeune truc pour me rétorquer qu'ils avaient bien de la chance, ces enfants-là et que lui aimerait bien fabriquer des tapis au lieu de perdre son temps à l'école...
    Vous devinez aussi ma réponse, édulcorée parce que bon... et je m'entends lui répondre que dans ces conditions, il ferait bien d'échanger sa place et qu'il ferait sûrement au moins un heureux (je ne parlais pas de moi, mais de l'enfant qui viendrait). Et bien TOUTE LA CLASSE a entendu que je lui disais de rentrer chez lui fabriquer des tapis, que je disais aux immigrés de rentrer chez eux, que j'étais raciste etc...
    Donc les témoignages d'enfants et les plaintes des parents qui croient tout ce qu'ils leur racontent, je connais...

    RépondreSupprimer
  40. 1° L'avocate de la défense parle d'un "blog entre copains" : c'est quoi ce machin ? soit c'est d'expression publique, soit c'est de la correspondance privée.
    Déjà, ça commence mal.

    2° Si Jonathan parle d'un nommé Adleine porté disparu sur son blog, j'imagine que la famille de ce dernier a toutes les chances de tomber dessus en googlant le prénom.

    3° C'est l'allusion aux "sales from'" qui le fout dedans : l'absence d'éthique et de morale est clairement reliée à l'appartenance (réelle ou supposée) à une race ou une ethnie ; s'il parle de "sales from'" c'est que lui-même est un "non-blanc".

    RépondreSupprimer
  41. Dorham, le fait le plus remarquable de sa biographie dans Wikipedia est d'avoir échappé de peu à la mort face aux balles de Mesrine (oui, je sais... la seule mention de ce dernier nom refroidit largement). Mais cela n'a aucun rapport avec ce que j'ai pu écrire et ce qui m'est reproché. Je me montre très prudent à présent : les gens qui ont survécu après avoir eu affaire à Mesrine sont à redouter... Je ne me sens pas de taille à discuter face à de telles personnes, je préfère être petit, lâche et fuyard dans de tels cas.

    RépondreSupprimer
  42. Excusez moi, mais je suis breton et donc peu cultivé, mais c'est quoi, bordel un "sale from" ?

    RépondreSupprimer
  43. Excusez moi, mais je suis breton et donc peu cultivé, mais c'est quoi, bordel un "sale from" ?

    RépondreSupprimer
  44. Marine, ne niez pas. Vous lisez Didier Goux, DONC vous êtes raciste. Vous devez avoir une sexualité hitlérienne, pour le moins.

    Ah, je croyais que "from" était connu. Les enfants pas bronzés entendent souvent ça dans la cour de récré, ou "face de craie".

    Balmeyer, oui pour votre démonstration. Mais qu'est-ce que c'est fatigant. Les gens devraient avoir le bon sens de s'arnaquer ou se tuer entre personnes de la même ethnie, on n'aurait plus de casse-tête de ce type. Bon, on aurait moins d'articles de journaux aussi.

    En tout cas, ce Jonathan (s'il n'a fait que ça) se chope une lourde sanction, tout comme le blogueur Fansolo. à ce compte-là, qu'est ce que le site de François Desouche devrait prendre !

    Est-ce qu'il n'y a pas un durcissement de la loi envers les propos écrits sur les blogs, ou bien est-ce général ?

    Je n'arrive toujours pas à comprendre la subtile nuance entre porter à la connaissance de tous, ou rappeler, une vérité déplaisante (Machin a été condamné pour escroquerie, on n'en veut pas comme trésorier) et la diffamation.

    "Tout ce qui atteint l'honneur et nuit à la réputation": oui, mais si c'est vrai ?

    RépondreSupprimer
  45. Pour la comparaison avec Fansolo, je suis bien d'accord. C'est pertinent ce que vous dites, comme la question de votre billet.

    Après, notamment pour François Desouche, je pense qu'il doit y avoir une sombre histoire d'hébergement et d'anonymat. Si je publie sous mon vrai nom dans un hébergeur français, je suis susceptible de me prendre un procès même des moules si je critique mon dernier repas, par contre si je publie depuis, mettons, blogger, je suis relativement "tranquille".

    C'est, de mémoire, ce qui était arrivé à "Fuzz", le site détenu par le blogueur de "Presse-Citron". Ce site reprenait des articles de blogs (genre wikio si vous voulez), dont un malheureux billet diffamatoire sur un acteur français. L'acteur a fait un procès : le site s'est pris un procès, le blog d'origine, rien.

    RépondreSupprimer

  46. "Tout ce qui atteint l'honneur et nuit à la réputation": oui, mais si c'est vrai ?


    La bonne foi et l'exception de vérité. Ces exceptions (c'est ainsi qu'en droit on appelle un moyen de défense visant au débouté du demandeur) ne s'appliquent qu'aux poursuites pour diffamation. L'exception de vérité est soumise à de strictes conditions de formes (délai de dix jours pour signifier les preuves par huissier à compter de la citation ou de l'assignation) et de domaines (il existe des faits dont la loi interdit de tenter de rapporter la preuve : lorsque l'imputation concerne la vie privée de la personne ; lorsque l'imputation se réfère à des faits qui remontent à plus de dix années ou lorsque l'imputation se réfère à un fait constituant une infraction amnistiée ou prescrite, ou qui a donné lieu à une condamnation effacée par la réhabilitation ou la révision). L'exception de bonne foi est plus large dans son domaine, mais la preuve de la bonne foi pèse sur le prévenu. Le prévenu doit, pour en bénéficier, établir, selon la formule jurisprudentielle classique, qu’il poursuivait, en diffusant les propos incriminés, un but légitime exclusif de toute animosité personnelle, qu’il a conservé dans l’expression une suffisante prudence et qu’il avait en sa possession des éléments lui permettant de s’exprimer comme il l’a fait. L'exception de bonne foi permet aux juges d'atténuer la sévérité des règles de la preuve de la vérité des faits si le diffamateur a agi légitimement et avec prudence (par exemple, il a dénoncé un candidat à des élections au sujet de faits graves commis plus de dix ans auparavant mais qui le rendent peu qualifié pour être élu : Cass. crim., 15 févr. 1962).

    Eolas encore

    RépondreSupprimer
  47. @Suzanne:
    Attttention à ne pas me diffamer, hein!
    j'ten donnerai moi des sexualités hitlériennes! il n'en avait pas, d'abord, de sexualité, parait-il. Ou bien je le diffame?

    RépondreSupprimer
  48. Heureusement que personne, personne ne pense à diffamer Pasqua, notre bon pépé aimé de tous les Français, comme je viens de l'entendre à C dans l'air :-) Et blanc comme neige, un bon "from" quoi. Neuf comme le poussin qui vient de naître ^^

    RépondreSupprimer
  49. si je te réponds.

    dédé et le crack :
    - même si c'est vrai :
    1. tu ne peux fournir aucune preuve que dédé frappe le chien ou qu'il prend encore du crack.
    ==> diffam.

    dédé et la pétanque : alors là c'est un autre cas. je n'ai plus le terme exact en tête mais c'est quelque chose comme "atteinte à l'image de la personne".
    certes dédé a été condamné , mais en relevant le fait qu'il a été condamné (donc il a payé) tu peux nuire à son image.
    Imaginons que tu dises
    "tout le monde sait que dédé a été condamné pour violences donc son avis sur les éoliennes, je m'en fous".
    tu utilises sa condamnation (qui n'a rien à voir avec les éoliennes) pour souligner que son avis sur n'importe quel sujet n'a aucun intérêt. En clair tu le discrédites.
    Evidemment cela dépend de la façon dont s'est dit, du juge de l'avocat etc.
    Alors si je ne me trompe - a vérifier - si je dis "suzanne prend du crack", ca doit pouvoir passer parce que ton pseudo (même si c'est ton prénom) ne suffit pas à t'identifier clairement. Je ne suis néanmoins pas sûre de ce point.


    sur tes amants etc.
    une blogueuse que je connais a eu une plainte pour avoir transcrit de façon romancée sur un blog ses mésaventures au travail. Elle a perdu.
    à partir du moment ou tes persos sont facilement reconnaissables, oui il y a risque.
    Je ne sais si c'est diffam ou autre en revanche.

    sur le blogueur défendu par DG.
    Le blogueur nous explique qu'il a une autre version des faits face à la disparition de ce jeune homme disparu. Il ne part pas d'une fiction ; il part d'un fait divers ; un garçon disparu au prénom rare qui a conduit sans permis.Trois éléments (la disparition + le permis + le prénom) qui montrent bien de qui il s'agit ; pas un personnage de fiction mais une personne qui existe.

    de là il dit que ce jeune homme est un dealer et que c'est pour ca qu'il a été enlevé. s'il a réellement une version, connait les protagonistes, qu'il aille à la police leur faire part de ses soupçons faisant ainsi avancer l'enquête.

    Note que pour l'anecdote, les mêmes saloperies ont couru sur Ilan Haimi. Comme le site qui diffuse ces saloperies n'est pas hébergé en France.. personne ne peut rien faire.
    donc condamnation méritée. (pas les insultes evidemment).

    - sur fansolo ; je ne vois pas le texte donc ne peux juger.

    voilà. et si ton billet était juste une bague.. je me suis emmerdée pour rien.

    RépondreSupprimer
  50. précision sur fdesouche.

    déjà les billets de fdesouche dépassent peu la limite (et je pense qu'ils ne sont pas assez cons pour être hébergés en France).
    Là ou il y a pb c'est sur les coms.
    sauf qu'ils se sont protégés, je pense. il est précisé dans le nouveau statut de la presse en ligne (sont ils assimilables ?) qu'il faut avoir un bouton "alerter" pour prevenir le site qu'un message est problématique.
    ils ont ce bouton.

    maintenant si chaque fois qu'on leur signale un message ils ont un temps raisonnable (non estimé par la loi) pour le supprimer. s'ils ne le font pas.. il y a problème et pour le posteur et pour eux.

    voilà je crois avoir répondu à tout.

    RépondreSupprimer
  51. Bonsoir Suzanne.

    Je viens de taper "Dédé Boumboum" dans la barre du plus connu des moteurs de recherche, et figurez-vous que le premier lien de la première page affichée renvoie à la présente note.
    C'est dire si vous êtes dans un sacré pétrin !
    Heureusement pour vous, une bande de joyeux drilles semble vous soutenir.

    RépondreSupprimer
  52. « Mon voisin alain fait de la perceuse à 23h00 alors que j’ai un enfant »

    Ne croyez-vous pas, cher Balmeyer, qu'il y a mieux à faire que d'attiser encore et toujours cette haine ancestrale anti-Alains ?

    RépondreSupprimer
  53. Chieuvrou: surveillons chez Balmeyer tout signe de xénophobie envers les cavaliers nomades caucasiens, qui sont des gens comme nous, vous faites bien de le souligner et de dénoncer.(dénonçons, dénonçons, nous, les blogs vigilants!)

    Carine: le poussin a été jugé, on ne commente pas les décisions de justice...

    Valérie: merci beaucoup pour cette longue et claire explication.

    Balmeyer again: En lisant les explications de Valérie, et en mettant assez haut le curseur de la diffamation, et si on considère aussi ce que copie Malavita: ..."un but légitime exclusif de toute animosité personnelle, qu’il a conservé dans l’expression une suffisante prudence et qu’il avait en sa possession des éléments lui permettant de s’exprimer comme il l’a fait", on voit qu'il y a diffamation, mais mais mais... vous avez raison, ce n'est pas pour cela qu'il a été réprimandé, jugé sévèrement, c'est pour ses raccourcis délinquant-arabe-allocs-etc. Le gars en question se serait appelé d'un prénom original mais français, style Ignace ou Eustache et aurait été un marginal vivant de petits trafics et arnaques diverses, disparu après des histoires avec des racketteurs, on aurait trouvé bien moins diffamante l'hypothèse d'un règlement de comptes ou d'une fugue-planque salvatrice.

    Christophe: et si les personnages créés, après un certain temps de vie internautique, devenaient vivants ou s'incarnaient dans des êtres naissants ? Si Internet, c'était les limbes ?

    RépondreSupprimer
  54. Lu dans le Télégramme de Brest (05/05):

    "Arrestation d'André Kerlebraz'h : l'ancien artificier de l'ARB, plus connu dans les milieux autonomistes sous le sobriquet de Dédé BoumBoum a été interpellé par le GIGN dans la soirée d'hier.
    D'après une source proche de l'enquête, c'est la surveillance de la blogosphère par la DCRI qui aurait permis de retrouver sa trace."

    RépondreSupprimer
  55. Malavita, excellent ! Mordelol ! (j'ai eu peur un quart de seconde)

    RépondreSupprimer
  56. Chieuvrou : loin de moi l’idée de stigmatiser les Alain. J’en connais un ou deux, et ils sont vraiment très bien. Et d’ailleurs, qui sommes nous, nous, pour juger un Alain ? De simples Bernard et des Robert.

    RépondreSupprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.