lundi 11 janvier 2010

Revue de presse un peu noire



J'ai fait un tour de presse et de blogs pour savoir ce qu'on dit ce matin du vote en Martinique et Guyane.
La presse en cause, mais les blogs, niet. Que dalle. Zéro.
Guyanais et Martiniquais disent clairement non à une autonomie accrue, titre Libération. Et pourtant, tout le monde, ou peu s'en faut, les pressait de dire oui. J'étais assez curieuse de lire les réactions à vif de ceux qui n'ont pas de mots assez durs pour fustiger le colonialisme de notre infâme France accordéon, eh bien il n'y a pas de réactions. Ils n'ont pas l'air con, les autonomistes !

Du coup, j'ai approfondi ma lecture de Jeune Afrique, où j'ai trouvé plusieurs articles intéressants:


Les travailleurs africains arrivés en France dans les années 1960 et 1970 sont aujourd’hui à la retraite. La plupart ont décidé d’y rester. Sans cesser de rêver au "bled ".



L'Egype a décidé d'interdire le voile intégral (niqab) pendant les examens universitaires, car des étudiants masculins en profitent pour frauder. Les voilées pleurent: "jamais on ne me fera enlever mon voile". Certains objectent qu'en refusant l'accès à l'instruction (enfin, au couronnement de cette instruction) on pénalise les femmes des zônes rurales en les renvoyant et les confinant dans l'espace clos de leur famille. Tiens, j'ai déjà entendu ces arguments ailleurs.


La campagne présidentielle se déroule à coups de sacs de riz au Togo . Kofi Yamgnane (qui fut notre premier maire noir de France) se démène comme il peut, mais la tâche est difficile.

***
.

26 commentaires:

  1. Mékisonbêtes, ces Outremeriens ! On leur explique patiemment que la France c'est caca-boudin, et eux, ils veulent y demeurer tout de même ! Pfff...

    En plus, c'est pas bien de désespérer la Taubira. Mais ce n'est pas fini, le combat continue, et taubira bien qui taubira le dernier.

    RépondreSupprimer
  2. Aaarrggghh, je venais de commencer à rédiger un billet là-dessus.

    Bon, de toute façon, je ne pourrais le publier que ce soir (pas le temps de finir). Je vous tiens au courant.

    RépondreSupprimer
  3. Dans une lettre de soutien aux Indigènes de la République, l'année dernière , Raphaël Confiant disait: [...]Dans les dernières colonies de la France que sont les DOM-TOM, des populations réclament la libre disposition d’elles-mêmes, se battent pour acquérir leur souveraineté. En Martinique, en Guadeloupe, en Kanaky, par exemple[...]

    RépondreSupprimer
  4. Mathieu : au plaisir de vous lire !

    RépondreSupprimer
  5. Premier maire noir de France, Kofi Yamgnane ? Même si l'on parle seulement de la France métropolitaine, c'est faux. Gaston Monnerville fut maire de Saint-Céré dans le Lot. Son nom ne vous dit rien ? Ce fut pourtant le deuxième personnage de l'État.

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    Ce jeu de mot est interdit.

    RépondreSupprimer
  7. Dominique: c'est vrai! Je n'aurais pas du répéter ça bêtement sans vérifier. Je viens de taper "premier maire noir en France" dans Google, pour voir s'il n'y en avait pas eu d'autres, eh bien... si !

    "Raphaël Elizé fût le premier maire noir de France. Elu en 1929, il mourut dans un camp nazi. Phillippe Bérenger veut faire de son histoire un film.

    Raphaël Élizé, premier maire noir élu en France en 1929 à Sablé-en-Sarthe, et déporté dans les camps de la mort. "

    "Raphaël Élizé est un homme politique français, né au Lamentin Martinique le 4 février 1891, mort à Buchenwald le 9 février 1945.

    Raphaël Élizé arrive en France à 11 ans, juste après la catastrophe de la montagne Pelée, ses parents ayant fui Saint-Pierre juste avant l'explosion. Il suivra les cours des lycées Montaigne, Saint-Louis et Buffon, avant d'intégrer en 1910 l'école vétérinaire de Lyon. Il obtient son diplôme un mois avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Affecté au 36e régiment d'infanterie coloniale, il sert comme soldat puis comme vétérinaire, son courage lui valant la Croix de Guerre[1].

    Il entre en politique en adhérant en 1924 à la section locale de la SFIO à Sablé-sur-Sarthe. Candidat malchanceux aux élections municipales de 1925, il est le premier maire noir de France métropolitaine : en effet, en 1929, Sablé-sur-Sarthe élit le premier Antillais maire d'une commune métropolitaine[2]." (Wikipedia)
    Peut-être Yamgnane était-il le premier maire noir d'origine immigrée ? Par ailleurs, il doit bien y avoir des maires noirs aux Antilles...

    Enfin, vous avouerez que nous n'avons pas pas pléthore de maires noirs en métropole. Et, tiens, pour l'anecdote, je connais une conseillère municipale d'origine béninoise on ne peut plus noire de peau, qui est tellement appréciée dans son minuscule village que tout le monde voulait qu'elle se présentât aux municipales. Elle a refusé pour la simple raison qu'elle ne voulait pas devenir le point de mire de la France entière.
    Kofi Yamgnane racontait sa campagne électorale dans Ouest France, il y a peu. Refuser la moindre boisson, le moindre aliment quand il est en représentation, par crainte des empoisonnements, des choses comme ça. C'est un homme courageux.

    RépondreSupprimer
  8. Monnerville est surtout le premier noir à avoir présidé la haute Assemblée. Il ne me semble pas qu'un noir ait occupé une telle fonction dans notre République depuis 1968. Il a aussi été au conseil constitutionnel.

    RépondreSupprimer
  9. Quand on cherche premier maire noire de France avec Google, on a plein de réponses différentes !

    Kofi Yamgnane étant breton, il faut le défendre ! C'est le premier maire noir né en Afrique et naturalisé ensuite (faut dire qu'avant ce n'est pas facile), ai-je cru comprendre.

    RépondreSupprimer
  10. Nicolas: évidemment, breton, c'est une valeur ajoutée. Évidemment.

    RépondreSupprimer
  11. Un maire noir dès les années vingt, un président du Sénat noir dans les années soixante, un écrivain noir et sénégalais à l'Académie française... Mais l'on continuera de vous seriner que la France est un pays intrinsèquement et indécrottablement raciste.

    Quant à Raphaël, il s'est sans doute montré excessivement Confiant.

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,

    Quelqu'un a le nom du dernier joueur blanc de l'équipe de France de foot ? Platini ? Bossis ? Giresse ?

    RépondreSupprimer
  13. Yanka: Les écuries de course des Normands sont bien bourrées d'arabes.. (je ne sais pas s'il faut mettre un a majuscule à Arabe quand ce sont des chevaux)

    Et qu'est-ce qu'on y peut si les Noirs sont meilleurs au foot et à la course que les Blancs ?

    (Les recruteurs qui vont en Afrique et ponctionnent ça et là des petits garçons prometteurs qu'ils entraînent pour en faire nos gladiateurs divins, qui seront les hommes les mieux payés de France... mythe ou réalité ?)

    RépondreSupprimer
  14. on va passer par le parlement pour leur faire accepter le oui comme pour le traité constitutionnel européen comme on l'a fait avec la France ou on va les faire revoter comme on l'a fait avec les Irlandais...j'ai entendu Taubira dénoncer ce vote comme une manipulation de Sarko, drôle...

    RépondreSupprimer
  15. Cherea: avec un résultat de 80%, je crois qu'il n'y a rien à tenter.

    RépondreSupprimer
  16. "et qu'est-ce qu'on y peut si les Noirs sont meilleurs au foot et à la course que les Blancs ?"
    Oulaaa, arrêtez de stigmatiser les Blancs!
    Le Pen a été jugé pour propos racistes en disant la même chose.

    RépondreSupprimer
  17. Sur le vote de dimanche: connait-on le nombre de bulletins blancs? (Enfin, je veux dire de la couleur de la neige)

    RépondreSupprimer
  18. Marine : il y a eu un fort taux d'abstention.

    Je trouve le silence bloguesque à ce sujet impressionnant.
    On n'arrête pas de parler du post colonialisme, tout l'argumentaire des Indigènes de la République et de leurs sympathisants s'appuie là-dessus, sur la décolonisation de l'imaginaire obligatoire pour tous les "blancs",les descendants des contemporains des colons, étant entendu que les descendants d'esclaves ou de colonisés n'aspirent qu'à se libérer de tous les jougs qu'on fait peser sur eux.
    Et voilà qu'ayant la possibilité de s'octroyer un peu plus de pouvoir et d'autonomie, ils refusent en masse et ne veulent rien changer à leur statut par rapport à la métropole... Et dans quinze jours, on commencera à parler d'eux en les présentant à nouveau comme des victimes de la colonisation tellement asservies qu'ils n'ont plus une once de réflexion et de fierté humaine ?

    RépondreSupprimer
  19. Suzanne : tout juste ! Et à mon avis, ça n'attendra pas 15 jours...

    RépondreSupprimer
  20. Pour les abstentions, je sais.
    Mais quelle est la proportion de votes blancs parmi les votants? Le sait-on?

    Pour le reste, le divorce des Guyano-Antillais d'avec leurs dirigeants élus ainsi qu'à ceux qui s'auto-proclament leurs représentants intellectuels est tout aussi flagrant que dans l'hexagone.
    Si ceux-ci appellent à dire OUI à plus d'autonomie, les gens votent NON. C'est logique quand on connaît le fonctionnement des "élites" là-bas. Le népotisme et la corruption d'ici ne sont rien comparés à ceux de là-bas. Normal dans ces conditions que la crise de confiance soit à son maximum.

    En outre, il y a la proximité de Haïti, dont la misère parle pour la non-séparation d'avec l' Hexagone. Les immigrés haïtiens dans les îles, souvent liés aux gens du cru, doivent leur dire en gros : "arrête tes conneries! Ne fais pas la même erreur que nous. Nous sommes obligés de venir travailler et vivre chez vous, en laissant les nôtres dans la misère et la domination de potentats tout-puissants." C'est sûr que la destinée de Haïti ne donne pas trop envie à nos compatriotes des Antilles-Guyane. Ils le voient tous les jours. Ils se battront encore pour plus de justice dans les prix pratiqués, mais resteront dans le giron de la France.
    A mon sens, leur vote est normal, logique. Ce serait une cata pour le peuple si, à terme, une autonomie à la Saint-Barth ou Saint-Martin s'installait. Pas pour une question de rétribution du chômage (la France paierait, de toute façon pendant de longues années), mais pour une question de dignité, justement. Ils sont départements français, ils ne veulent pas être offerts au plus offrant, soit les milliardaires américains en mal de farniente.
    Les gens ont peur de l'autonomie, parce qu'ils ont peur de l'indépendance qui pourrait en découler à terme.

    RépondreSupprimer
  21. Suzanne, vous déclarez que les blogues n'en parlent pas du tout, mais de quels blogues parlez-vous donc ? Connaissez-vous par exemple Chien créole ? Je parie que non. Vous prenez pour "les blogues" ceux qui sont dans votre entourage direct, exactement comme lorsque les médias traditionnels déclarent que "la blogosphère dit" ou que des guignols rédigent un mauvais manifeste en commençant par "nous autres blogueurs". Il y a des blogosphères créoles, comme il y en a d'autres de toutes sortes. Ce n'est pas dans les blogues de tricot, de BD, de cinéma ou de mariage que vous allez lire souvent des informations politiques. Eh bien ! les blogues politiques français de la métropole, c'est pareil : ils parlent d'abord de l'actualité politicienne la plus parisienne, éventuellement du Kremlin-Bicêtre, peu souvent de celle de la province et encore plus rarement de nos belles colonies. Pour savoir ce qui se dit à ce sujet, il faut chercher les blogues martiniquais ou guyanais. Il y en a quelques-uns, mais je crois que les Antillais et Guyanais sont plus loquaces sur des forums en ligne qui leur sont consacrés. Et je comprends les raisons du rejet : réforme incompréhensible et illisible pour technocrates, cela ne sert à rien de pondre de nouveaux statuts tous les six mois en expliquant que cela s'améliorera ainsi et que la réforme précédente était une erreur.

    RépondreSupprimer
  22. Marine: eh oui. Haïti est là, qui ne fait guère envie. Merci pour ce commentaire qui fait le tour de la question.

    Dominique: oui jusqu'à la dernière phrase. Je ne connais pas globalement la blogosphère créole, juste un peu les blogs de quelques personnalités connues. J'ai visité celui que vous citez. Évidemment, les indépendantistes parlent du vote, mais notre blogosphère antisarkozyste à nous ignore la chose. Par ailleurs, c'est un peu faire injure aux votants que dire qu'ils n'ont pas compris pour quoi ils votaient.

    RépondreSupprimer
  23. Hier soir, J'ai vu et entendu Taubira dire à la télé (donc un truc très court, tiré de son contexte, me répondront les taubiristes...) à peu près ceci: nous sommes en marche vers le changement et il va falloir l'imposer au peuple.
    Je ne garantis pas les mots, mais c'était le sens.
    Donc il me semble que ça parle, sur le divorce entre les zélites et le peuple...

    RépondreSupprimer
  24. Mathieu, si vous passez par là: j'ai essayé de laisser par trois fois un commentaire sur votre blog (dont une fois en anonyme), il ne s'imprime pas.

    Oui, pour votre billet, sauf que quand vous dites "certains s'imaginent...[...]"( c'est moi, "certains") Je n'imagine pas le résultat du scrutin, en tout cas, qui dit clairement qu'une grosse majorité d'électeurs ne veut pas changer son statut actuel, ce qui ne signifie en rien qu'ils adhèrent à la politique de l'état dans toutes ses applications.

    Vote de la peur, relevez vous ? Sans doute, mais comme le souligne Marine, Haïti n'est pas loin, et ne fait guère envie....

    *


    Dominique, je reviens à votre commentaire: "je crois que les Antillais et Guyanais sont plus loquaces sur des forums en ligne qui leur sont consacrés.". Paternaliste, va ! ce sont LEURS forums, pas ceux qui leur sont consacrés. J'y ai fait un petit tour. On y parle (pas seulement, mais aussi) de RMI, de France nourricière, d'angoisse de l'indépendance, et de la corruption des élus locaux qui ont l'air bien plus pourris que ceux de la métropole. Il semble que les gens qui participent à ce forum, indépendantistes ou pas, aient parfaitement compris l'objet du vote.

    RépondreSupprimer
  25. @ Suzanne : à priori, il n'y a pas de problème visible. Réessayez, et tenez-moi au courant si jamais cela ne fonctionne pas. Des gens ont posté des commentaires dans la journée.

    RépondreSupprimer
  26. (la discussion se poursuit sous le billet intéressant du Privilégié)

    RépondreSupprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.