mardi 29 décembre 2009

Sale temps pour nos frères les animaux





Quand les fossés débordent, quand il fait presque nuit avant l'heure du thé...

***
.

15 commentaires:

  1. quand il fait presque nuit avant l'heure du thé, autant passer directement à l'apéro et garder l'eau chaude pour les bouillottes.

    RépondreSupprimer
  2. des oies et des vaches. ce ne seraient pas plutot nos soeurs ?

    RépondreSupprimer
  3. Olympe: il y a des mâles dans les troupeaux, je les ai vus ! Et puis, "sale temps pour nos sœurs les animales", ça ne va pas...

    Malavita, mais vous ne pensez qu'à boire ? (ou alors vous avez les pieds froids, je ne vois que ça)

    RépondreSupprimer
  4. Tiens, des steacks et des foies gras sur pattes ! On dîne à quelle heure au fait ?

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi sale temps ? C'est bien agréable de se gadouiller les pattes dans le fossé! Et puis ils sont encore vivants, ils ne sont pas passés à la casserole du réveillon ceux là, ou pas encore...

    RépondreSupprimer
  6. Dans les familles nombreuses, c'est bien connu, le dernier né est souvent le mieux servit.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  7. l'autre je: hmmm, les vaches dans la boue jusqu'aux genoux, qui glissent la tête sous la clôture pour essayer d'attraper un brin d'herbe verte, ont l'air moins heureuses qu'au printemps.Et puis, une fois mortes, que leur importe d'être mangées ou pas...

    temps:je ne comprends pas votre commentaire, mais euh, bonne journée quand même.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,
    je suis à Paris où j'ai rapatrié mes chats. Ils sont malheureux.
    Ils adorent, à la campagne, sortir vers 4h du mat et revenir vers 6, les pattes pleines de boue glaciale (pour ruiner ma couette), et, parfois une féérie de gouttelettes comme en suspension sur leur pelage noir.
    Ils se baffrent un peu plus en hiver, mais inspectent soigneusement leur domaine, quel que soit le temps.
    Les chevreuils du coin sont assez nonchalants et croisent avec sérénité dans les brumes froides de l'aube. Seuls les oiseaux me font mal à mon p'tit cœur...
    Allez, bientôt la nouvelle année...
    Et mes affreux chat qui vont aller chasser tout ce qui est neuf... Oisillons, lapereaux et autres tristes trophées.
    En fait, j'aimerai bien y être, dans ma campagne en hiver...
    Vos photos font envie, en fait...
    Tous mes souhaits.

    RépondreSupprimer
  9. "une féérie de gouttelettes comme en suspension sur leur pelage noir"
    Joli ! c'est tout à fait ça...
    et vous avez remarqué, bien entendu, que les chats habitués à la liberté détestent les portes fermées. A peine sont-ils entrés qu'ils veulent ressortir, puis miaulent pour entrer à nouveau, jusqu'à ce qu'on leur laisse la porte entr'ouverte...

    RépondreSupprimer
  10. on gave , ils gavent, ils se gavent...

    RépondreSupprimer
  11. Fleur d'hiver1 janvier 2010 à 16:27

    Je ne savais pas que les oies buvaient du thé.

    On en apprend tous les jours.

    Elles sont survécu à Noël, je suis bien contente pour elles.

    RépondreSupprimer
  12. "hmmm, les vaches dans la boue jusqu'aux genoux, qui glissent la tête sous la clôture pour essayer d'attraper un brin d'herbe verte, ont l'air moins heureuses qu'au printemps"

    Pas normal ça, dangereux même. Cet éleveur n'est pas correct avec ses animaux.

    RépondreSupprimer
  13. Guillaume : Les vaches qui sont en champ dans la journée pataugent toutes inévitablement dans la boue due au piétinement autour du round baller ou du point d'eau. Bien nourries, avec un abri la nuit (grands arbres,bois, haies, abri de bois ou rentrées à l'étable), elles souffrent peut-être moins du froid en hiver que des mouches et taons pendant les grandes chaleurs... mais on a pitié quand même.

    RépondreSupprimer
  14. Ben non justement, t'as un moment où l'éleveur est censé limiter la casse s'il veut pas qu'une bête se pète une patte... Sauf s'il s'en fout bien entendu...

    RépondreSupprimer
  15. Guillaume: le fait est que le troupeau que j'ai pris en photo il y a quelques jours a été mis dans un champ plus haut, à l'écart de la mare (et le foin en abondance ne les console pas du peu d'huerbe)

    RépondreSupprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.