lundi 15 avril 2013

Les vilaines féministes

Ce n'est pas pour rallonger la sauce, mais moi,  je laisserais les arrêtes qui donnent ce bon petit goût au harro.

Source

16 commentaires:

  1. Feriez-vous dans le Goux, Suzanne ? Il sort de ce commentaire d'Euterpe qu'à nier les différences, on nie l'existence propre des êtres.

    RépondreSupprimer
  2. C'est qui, ce Goux ? Z'y va, comparez-moi à un homme, si vous voulez me vexer. Il ne s'appelle même pas le Goux Moqueur, lui, alors, hein...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardonnez ce qui suit, chère Suzanne, mais z'y va vous même ! Je n'ai pas écrit mauvais Goux par délicatesse, et parce que c'eut été faux, mais je vois qu'elle ne m'est même pas rendue. On nage en plein neuf trois !

      ;-)

      Supprimer
  3. Non mais harro, quoi! T'es une fille, t'es pas pour la féminisation des noms?

    RépondreSupprimer
  4. I shot an harro into the air,
    It fell to earth, I knew not where;
    For, so swiftly it flew, the sight
    Could not follow it in its flight.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I shot an arrow into the air,
      It fell to earth, I knew not where;
      For, so swiftly it flew, the sight
      Could not follow it in its flight.

      I breathed a song into the air,
      It fell to earth, I knew not where;
      For who has sight so keen and strong,
      That it can follow the flight of song?

      Long, long afterward, in an oak
      I found the arrow, still unbroke;
      And the song, from beginning to end,
      I found again in the heart of a friend.

      Henry Wadsworth Longfellow

      Merci !

      Supprimer
  5. Qu'est-ce que vous pouvez être mesquine, par moment, alors !

    Si, au niveau de son ressenti profond, elle trouve que harro c'est mieux, qui êtes-vous pour vous y opposer, hmm ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas pire que le héro dont on nous rebat les paragraphes...

      Supprimer
  6. Karl Harro, c'est le beau frère de Frigide Barjot ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...sont aussi harotics l'un que l'autre.

      Supprimer
  7. Cette féminisation du vocabulaire me gonfle. Les cuistres qui la réclament ignorent tout de la langue française et de ses origines. Moi qui n'en connaît que très peu sur ce sujet, je m'étonne qu'on laisse dire UN vocabulaire alors que ce mot a une terminaison manifestement féminine. A moins que ce ne soit un mot trans?

    RépondreSupprimer
  8. On dit haro et non pas harro, si je puis me permettre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelque chose me dit que vous êtes une lectrice très attentive ! Suzanne ne vous mérite pas !

      Supprimer
    2. si je puis me permettre, je suis persuadé que Suzanne l'avait remarqué d'où l'utilisation de la police italique pour indiquer ce poisson imaginaire...
      comme on dit "arêtes" et non pas "arrêtes" mais là encore, pour rallonger sa sauce, elle n'a pas voulu abuser de la situation face à une curieuse joueuse d'aulos !
      Pour une féministe, s'attribuer le nom d'une divinité soufflant dans deux pipeaux très fins...curieux disais-je !

      Supprimer
  9. Suzanne (au sujet du foutebale, dont vous causiez chez Jegou), DG (dans les modernoeuds), avait cité un article où l'on parlait de l'histoire des quotas (mais ce n'est pas ouest-France).

    http://www.atlantico.fr/decryptage/racaille-football-club-comment-foot-est-ghettoise-daniel-riolo-720010.html

    (voila, vous pouvez effacer ce comm riche en parenthèses)

    RépondreSupprimer
  10. HARO !!!!! SUCE à l'ennemi !!!!!
    Pale sang bleu !!!! Montjoie et Saint Denis !!! .....

    Suce ? ça s'écrit pas comme ça ! "suce".....
    Et "palsanbleu" ça s'écrit comment ? nom de Dieu ! .....

    RépondreSupprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.