lundi 22 octobre 2012

La mémoire de Renart

  Chers internautes pas encore internés, si  vous êtes en galère d'idées pour animer vos fêtes, mariages, anniversaires d'enfants, pots de départ à a la retraite  et barbecue du comité d'entreprise, je vais vous filer une idée qu'elle est bonne et originale: le lancer de renard.
 Wikipedia consacre à cet amusement inexplicablement tombé en désuétude une page intitulée Lancer de Renard. L'article  commence ainsi:
Le lancer de renard (en allemand : Fuchsprellen) était un sport populaire dans certaines parties de l'Europe durant les XVIIe et XVIIIe siècles, où les participants lançaient en l'air des renards et d'autres animaux vivants.
Et là, je dois me pincer pour ne pas le recopier intégralement, ce qui serait mal.
Auguste II de Pologne, dit« le Fort », alors qu'il n'était encore qu'électeur de Saxe, a tenu un concours de lancer célèbre à Dresde, durant lequel 647 renards, 533 lièvres, 34 blaireaux, 21 chats sauvages, 34 marcassins et trois loups ont été lancés et tués. D'autres monarques ont également participé à ce sport. L'envoyé suédois Esaias Pufendorf a assisté à un concours de lancer de renards qui s'est tenu à Vienne en mars 1672, et a noté dans son journal sa surprise de voir l'empereur Léopold Ier se joindre avec enthousiasme aux nains de cour et aux garçons qui frappaient à mort les animaux blessés ; il a noté qu'il était remarquable de voir l'empereur ayant « des petits garçons et des bouffons comme compagnons, [ce qui] était à mes yeux quelque peu étranger à la solennité impériale. »
A l'heure où l'on vient  de donner le prix Nobel de la paix à l'Union Européenne, en ce moment même, dans les taillis et les sous-bois  de très vieux renards et  blaireaux, au calme  dans l'accul de leur terrier,  comme font les griots sous le manguier, transmettent aux  jeunes de l'année la geste de leurs ancêtres griffus, pelus et  velus. 
L'homme d'Europe, historiquement, culturellement parlant,  n'y apparaît pas sous un jour très favorable.

Wikipedia, Lancer de renard.

16 commentaires:

  1. Et en Finlande aujourd'hui, il y a un concours de lancer de portables et de porter de femmes... Ce dernier est pas mal non plus dans le genre.
    Monsieur Renart doit se retourner dans sa tombe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais mieux l'inverse : moins fatigant…

      Supprimer
  2. Les Finlandais ont des loisirs rigolos
    (Relire "Prisonniers du Paradis", d'Arto Paasilinna.)

    RépondreSupprimer
  3. J'avais évoqué il y a bien longtemps les sports de lancer insolites, sur mon propre blog: http://fattorius.over-blog.com/article-28920926.html

    On a également lancé des nains, vivants ou en plastique... et les Finlandais (pour rebondir sur le commentaire d'Eloooody) ont aussi créé le football en terrain boueux (mais pas le championnat de lavage de maillot, bizarre...) et les concours d'endurance au sauna. A noter que le lancer de portable est un sport qui s'est très bien exporté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée lire le billet... Oui, je me rappelle les polémiques sur les lancer de nains. Qui ne sont pas interdits légalement, d'ailleurs (mais c'est tout comme).
      Les écossais, pendant leurs kermesses et leurs fêtes traditionnelles, lancent de gros troncs d'arbre. C'est viril et ça ne fait de tort à personne, même pas à la nature vu que les troncs sont bioégradables et que si l'un des lanceurs, dopé à la potion magique, s'énerve un peu trop et perd son tronc dans la forêt, il ne polluera rien du tout, contrairement au lanceur de portable qui aura jeté du métal, du plastique et de la méchante pile. Et je ne parle pas du lancer d'épouse, je suis féministe, ni du lancer de gosses, faut pas pousser trop loin non plus.

      Supprimer
    2. Concours d'endurance au Sauna qui a fait récemment un mort.

      Supprimer
    3. Il aura facilité le travail des toiletteurs mortuaires.

      Supprimer
    4. Ah le lancé de nains !
      Une époque révolue !
      Tout fout'l'camp ma brave dame !

      Supprimer
  4. «34 marcassins ont été conduits dans l'enceinte « à la grande délectation des cavaliers, mais à la terreur des dames nobles, dont les robes à panier furent considérablement ravagées par les marcassins, à la joie continue de l'illustre compagnie»
    C'est drôle aussi.
    La sensibilité aux souffrances des animaux est récente même pour les animaux domestiques. Il y avait encore un marché aux chiens pour la viande rue St Honoré à Paris au début du XXème siècle.

    RépondreSupprimer
  5. Les Européens ont toujours été d'une cruauté sans nom avec les bêtes. C'est pour ça que maintenant, ils essayent de faire croire qu'ils sont les champions de la gentillesse sirupeuse.
    C'est un masque.

    Sinon, après le dîner du même nom, le lancer de cons, on y a pensé?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la lancer de cons ?
      Mais l'épreuve serait interminable… Vu le nombre de candidats…

      Supprimer
  6. Les Européens seulement, vous croyez, Froufrou ?

    RépondreSupprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.