mercredi 3 février 2010

La police religieuse selon Hermès


[...] la presse, la télévision, les partis politiques ne cessent quotidiennement de décerner des brevets de bonne conduite ou de lancer des décrets d’excommunication dans tous les domaines : l’Arabe, le Juif, le Blanc, le religieux ou l’athée, tel représentant de telle appartenance communautaire, sexuelle ou idéologique trouvera ses défenseurs ou ses détracteur à un point tel que la vie sociale s’apparente de plus en plus à un tribunal où l’opinion est convoquée pour délibérer et trancher, désigner victime et coupable… Lesquels changeront d’un jour à l’autre au gré des commentateurs, de la conjoncture ou de la mode .

Cette masse informe et ténébreuse se révèle tout aussi totalisante qu’une police religieuse. Moins totalitaire sans doute, mais plus pernicieuse : Elle fait de chacun un suspect qui ne saura jamais ce qu’il convient de dire ou de penser sinon à se conformer à la parole de celui qui à ses yeux détient le pouvoir.

Elle fait de chaque individu un coupable pour lui-même. Il peut y avoir ainsi cette dictature de la tolérance, ce totalitarisme mou qui rend le sujet schizophrène, qui le déchire silencieusement pour fabriquer un citoyen formaté selon les normes d’un pouvoir invisible."


C'est sur le blog d' Hermès.

***
.

4 commentaires:

  1. Merci de me retrouver chez vous!

    RépondreSupprimer
  2. Hermes,
    l'anticléricalisme primaire ,
    c'est son fond de commerce,non,?

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme, l'anonymat primaire pour critiquer les autres, ça te convient toujours aussi bien ?

    RépondreSupprimer
  4. Désolé d'intervenir mais comme "on" m'interpelle... D'une part quel fond de commerce pour un blogeur? Et surtout,je ne parle pas vraiment religion ici... mais plutôt de nos médias qui souvent agissent comme une police religieuse. Difficile de répondre à une critique quand le texte ne semble pas même avoir été lu!

    RépondreSupprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.