mardi 15 septembre 2015

N'embêtons surtout pas les imams intégristes modérés



Il y a longtemps que je  grogne  et vitupère contre l'étrange tolérance que nos derniers gouvernements ont manifesté envers les imams intégristes qui officient dans des mosquées françaises, sur le sol français.

Celui de Brest est mimi, dans le genre. Il enjoint sur les réseaux sociaux aux femmes musulmanes de porter le voile "islamique" sous peine d'encourir les feux de l'Enfer dans l'au-delà, et des agressions sexuelles en ce bas-monde: "Si la femme sort sans honneur, qu'elle ne s'étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là." 
Il veut fonder une école coranique, aussi. (il a obtenu un permis de construire)

Il est évidemment protégé par la gauche youpi-l'islam, par les spécialistes subventionnés de l'islamophobie qui concèdent qu'il est peut-être un chouïa réactionnaire, mais qu'il s'est prononcé contre le meurtre des caricaturistes de Charlie-Hebo, alors, hein, on ne va pas s'en prendre à un modéré. Raphaël Liogier, enseignant-chercheur à l'Institut d’Études Politiques d'Aix en Provence et auteur du livre Le mythe de l'islamisation, estime qu'il faudrait d'avantage d'imams comme celui-ci. Merci Raphaël. Moi je serais plutôt pour envoyer une brigade féministe lui enlever ses fringues et le balader tout nu sur un char fleuri au prochain carnaval en le huant comme il faut, mais j'ai le fond mauvais, on le sait, comme les habitants du quartier qui n'en veulent pas chez eux. Oui mais  il est chez lui en France, et il dit et fait ce qu'il veut, parait-il.
Est-on de gauche si l'on  continue à protéger des types qui tranquillement, chaque jour, chaque semaine, balancent des atrocités sur les juifs, les homosexuels, les femmes ? Il parait que oui, et qu'on doit faire avec.

Il faut, à chaque fois qu'on parle des problèmes que pose l'islam en France, expliquer en préalable qu'on n'a évidemment rien contre l'immense majorité des musulmans modérés (on ferait mieux de dire silencieux,  parce qu'aucun vrai  croyant n'est modéré),  Poser des questions, c'est déjà suspect, dit Michel Onfray qui se fait défoncer dans Libération d'une façon que je trouve malhonnête et malheureuse. 

Les élus de gauche  n'ont pas l'air d'être motivés pour lutter contre l'islamisme. Nous nous apprêtons à accueillir un  contingent d'ex-Irakiens et d'ex-Syriens. Donc, des musulmans supplémentaires.  
Peut-être pourrions-nous en même temps faire preuve d'un petit peu de fermeté envers les ennemis de la démocratie, les prosélytes de la charia, ne pas autoriser les salons musulmans consacrés à la femme musulmane (où on apprend à bien la battre) et autres saletés misogynes ou antidémocratiques du même tonneau ? Dès lors qu'on sait ce que prêchent les orateurs, on pourrait là aussi faire intervenir les associations de défense de tout crin, non ? Mais non, aucune volonté affichée de s'y coller, mieux vaut laisser le sale boulot aux répugnants identitaristes de Desouche ou consorts.  

Les musulmans ne constituent pas une petite minorité en France, on n'a pas à hausser les épaules et à leur flatter le voile et le poil dans le sens du vive-la-charia, en appelant le vilain  peuple franchouillard à davantage de tolérance. Pourquoi avons-nous  des lois contre le racisme, l'antisémitisme, le sexisme, l'appel à la haine et j'en passe, si c'est pour tolérer de telles exceptions ?   Les blogdegauche n'en parlent pas, ne parlent pas d'immigration, sauf pour rappeler qu'ils ne sont pas islamophobes, hein.. C'est un terrain miné. La gauche PS est en train de calculer ce qui est le plus rentable en terme électoral. Elle occulte ce qu'en pense le peuple, et fait silence sur les préoccupations populaires qu'elle juge innommables, en misant sur les voix musulmanes. Ce n'est pas forcément le meilleur calcul électoral, sans parler des valeurs et des Lumières et tout et tout. Est-ce qu'il nous reste une petite  gauche loupiote, quelque part, au moins?


edit trois heures après:  on me signale dans l'oreillette que Cecile Pina, Conseiller Régional du Val d'Oise, dit ICI la même chose que moi, mais bien mieux. Et que le parti des radicaux de gauche a dénoncé la présence de tels prédicateurs.
Dont acte !

Sur le site Contre attaques, c'est évidemment un autre son de cloche. Médire de ce type de "salons", ou de prédicateurs, c'est de l'islamophobie. Mais oui.

52 commentaires:

  1. J'essaie de faire partie de la gauche loupiote... Mais peut-être qu'à gauche ils ne veulent plus de moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "peut-être qu'à gauche ils ne veulent plus de moi..."

      Pourquoi ?

      Supprimer
  2. on pourrait ouvrir des camps de rééducation pour ce type d'imam !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'application des lois serait insuffisante selon vous, Bob ?
      Ce type d'imam, comme vous dites, est très très aimé, très écouté.
      Les amendes prévues par la loi, déjà, pour commencer, pourraient peut-être tiédir ses convictions ?
      Quant à ceux qui chouinent sur son sort... Ils n'auraient qu'à payer ses cautions, tiens...

      Supprimer
    2. Ce qui est inacceptable n'est pas forcément illégal : une mise au point ICI.
      Ça va pas être facile d'apporter les bonnes réponses.

      Supprimer
    3. Malavita, oui, mais à défaut d'apporter de bonnes réponses, les hommes politiques et élus, dans leur majorité, apportent celle du clientélisme. On va aux fêtes religieuses, on se fait voir avec tous ces prédicateurs et on sanglotte contre le Front National et la gangrène des idées d'extrême-droite.
      J'ai lu l'entretien Celine Pina/Le Monde, et j'ai regardé la vidéo Céline Pina/Bourdin
      . On pourrait se dire "ah, il y a encore des personnes de gauche au PS" ! Et quand on arrive à la fin de la vidéo, boum! Elle dit que comme on ne l'entend pas et qu'on ne veut pas d'elle, elle va arrêter la politique, ou en faire autrement. Tristesse.

      Supprimer
  3. Tant que cet imam n'appel pas à la violence ou à violer la loi je ne vois pas en quoi ses conceptions religieuses vous regardent.

    Ce glissement d'une opposition légitime à l'immigration étrangère vers une hostilité à l'égard de l'islam est une absurdité.

    Le christianisme aussi, dans sa version non dévoyée, invite les femmes à s'habiller chastement (certes on y parle ni de voile ni de bourka) et à être soumise à leur mari. La Bible condamne aussi fermement l'homosexualité. A vous lire, puisque ces convictions ne correspondent plus à l'air du temps et aux moeurs décadentes de mes contemporains, on devrait venir mettre les prêtres ou pasteurs dans des camps, et interrompre les messes et les cultes avec des chars de la gay pride...

    Eh bien non...

    Le vrai problème n'est pas l'islam, c'est la présence massive d'étrangers, d'une culture différente de la notre sur notre sol. Il n'y aurait que 500 000 musulmans, noyés dans la masse de la population française, tout le monde se fouterait de savoir ce qu'ils croient et ce qui se raconte dans leurs mosquées.

    Donc il faut assumer clairement les choses, et ne pas jouer les islamophobes parce qu'on assume pas son hostilité à l'immigration de masse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Tant que cet imam n'appelle pas à la violence ou à violer la loi je ne vois pas en quoi ses conceptions religieuses vous regardent."

      Pour celui-là ou un autre, c'est pareil. Les incitations à la violence (bats ta femme, bute un juif ou cogne un pédé) sont illégales.

      Pour le reste, il est évident que plus il y a de musulmans fondamentalistes, communautaristes et prêts à en découdre, plus le problème est important. Si on avait dix millions de Tigres tamouls sur le territoire... mais ce n'est pas le cas.

      "Ce glissement d'une opposition légitime à l'immigration étrangère vers une hostilité à l'égard de l'islam est une absurdité."
      De votre point de vue. Mais si on avait une immigration étrangère qui ne véhicule pas une idéologie totalitariste comme l'islam, je m'y ferais peut-être, mais ce n'est pas le cas non plus.

      Supprimer
    2. Du reste, je ne vois pas en quoi être contre l'immigration de masse serait incompatible avec le rejet de l'islam. Personnellement, je vois même comme un lien – ô ténu, certes ! – entre ces deux phénomènes.

      De plus, je me permets de rappeler que l'arrivée massive d'Asiatiques du Sud-Est – des Chinois principalement – en France n'a jamais entraîné le moindre problème sérieux. Question : était-ce parce qu'ils sont civilisés ou parce qu'ils ne sont pas musulmans ? Et les deux choses peuvent-elles être corrélées ?

      Supprimer
    3. Suzanne,

      De deux choses l'une, soit ces prédicateurs tiennent des propos répréhensibles, auquel cas ils peuvent être poursuivis, par exemple sur l'initiative d'une association de lutte contre le racisme, ou bien directement par le procureur.

      Compte tenu de l'ambiance actuelle, et de la volonté politique de lutter contre la radicalisation, j'imagine mal un procureur s'abstenir d'agir s'il estime qu'il y a matière à poursuites.

      Soit les prédicateurs disent des conneries, mais qui ne tombent pas sous le coup de la loi, auquel cas la réaction doit être politique ou militante (genre irruption de Femens dans la salle de conférence).

      Par exemple, la phrase: "si la femme sort sans honneur, qu'elle ne s'étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là" est une pure connerie, nous sommes bien d'accord, mais elle ne tombe pas sous le coup des lois prohibant les incitations diverses à commettre des violences.

      Par ailleurs, à partir du moment où on instaure la liberté du culte, on permet aussi à des tarés de s'exprimer librement. Mais c'est ça la liberté: elle est pour tout le monde, même les tarés. Maintenant, votre liberté, c'est aussi de réagir et c'est ce que vous faites, non?

      Supprimer
    4. "Nous ne sommes pas là pour imposer, mais pour proposer et convaincre avec douceur, sagesse. Ce n'est pas le rôle du musulman d'imposer de force quoi que ce soit qui fait partie des commandements divins ; nous sommes là pour apporter des preuves, avec douceur et sagesse." Le tour entrecoupé de vigoureuses recommandations en arabe qui doivent probablement infléchir considérablement l'aspect lénifiant et pacifiste de cette logorrhée. Mais bien sûr, rien de répréhensible du point de vue pénal ; aucun appel explicite à la violence, aucune violation flagrante de la loi : ces types ont tout compris et ils savent pertinemment comment profiter de la liberté de parole que leur offrent les démocraties occidentales sans tomber sous le coup de le loi.

      Ils sont formidablement malins, dans le sens luciférien du terme...

      Supprimer
    5. Ils sont malins comme n'importe qui sait utiliser les mots.

      A nous d'employer les mots pour les combattre.

      Maintenant faut être clair: si vous êtes racistes, les uns et les autres, comment voulez vous convaincre les Arabes de ne plus êtes musulmans? C'est pas possible, vous êtes d'accord.

      Et là, on revient à la question de Buck Danny: dans le fond, qu'est-ce qui vous déplait le plus dans ces gens là? D'être des immigrés arabes ou d'être des musulmans?

      Et puis comme Didier, on pourrait ne pas faire de choix et décider que ce qui nous déplait le plus chez ces gens-là, c'est les deux. On leur fait un paquet pour le tout et on leur dit "vous êtes des sous-merdes parce que1) vous êtes des immigrés2) vous êtes musulmans". On pourrait même rajouter un 3) vous êtes des demeurés congénitaux, juste pour le fun.

      Sinon, il y a un autre point de fuite possible: c'est l’acculturation. Ca marche aussi très bien, sans massacre ni rien, les gens s'adaptent, communiquent, collaborent, échangent, commercent, s'enrichissent, etc. Mais bon, c'est dans le sens du mot, il y a une perte d'identité dans l'affaire. C'est le prix à payer.

      Alors, on tente quoi? L'acculturation ou le conflit?

      Pour le conflit, vous êtes mûrs. Il suffit de vous lire, c'est pas un problème, vous êtes dans les starting blocks prêts à bondir pour la guerre, les muscles bandés, la fleur au fusil. Mais avant de vous lancer dans l'aventure, ne vous êtes-vous pas demandés si la seconde option - l'acculturation - n'était pas préférable?

      Je vous dis ça juste comme ça parce que parmi vous, aucun n'est un sang pur, donc c'est quand même assez con de se lancer dans des guerres de civilisation vaguement racistes, alors qu'on est tous des descendants de bougnoules, vous trouvez pas?

      Supprimer
    6. tschok a tout compris, à force de remonter l'espace temps dans sa tête.
      Un jour, il nous expliquera que puisque la vie sur terre est d'origine extra-terrestre (les météorites, la chimie organique, les plumes dans le cul, tatayoyo) et bien au premier alien venu (qui lui, bien sûr, ne sera pas "dans les starting blocks prêts à bondir pour la guerre, les muscles bandés, la fleur au fusil"...), il faudra faire le choix suprême de l'acculturation, passque vous comprenez, "ça marche aussi très bien, sans massacre ni rien, les gens s'adaptent, communiquent, collaborent (eh oui tschok...), échangent, commercent, s'enrichissent, (rampent un peu par terre, non? ah, bon...) etc. Mais bon, c'est dans le sens du mot, il y a une perte d'identité dans l'affaire. C'est le prix à payer".

      Trop fort le mec, implacable.

      (ne pas répondre à tschok, neparépondratchocneparépondra...)

      Supprimer
    7. "Je vous dis ça juste comme ça parce que parmi vous, aucun n'est un sang pur, donc c'est quand même assez con de se lancer dans des guerres de civilisation vaguement racistes, alors qu'on est tous des descendants de bougnoules, vous trouvez pas ?"

      Finalement, j'ai l'impression que notre ami tschok n'est pas très loin d'une troisième solution, après "le conflit" et "l'acculturation" : la soumission, telle que l'expose Houellebecq dans son dernier roman.

      Supprimer
    8. "...on est tous des descendants de bougnoules, vous trouvez pas"
      Vous peut-être, ça se devine, moi pas.
      C. Monge

      Supprimer
    9. Didier : les asiatiques nous étaient beaucoup plus étrangers que les maghrébins musulmans. Ils venaient d'ailleurs, mais ne nous ramenaient pas ailleurs, mais ils étaient discrets, tandis que les musulmans nous ramènent en arrière, au sujet de la condition de la femme. En 2009, j'ai écrit un billet : La France ne sera plus jamais comme dans les films de Fernandel
      . Six ans après, c'est de pire en pire, et c'est très inquiétant.

      Supprimer
    10. Je ne suis pas certain que cet imam en question ait formellement dit qu'il fallait battre sa femme ou tuer des juifs.

      En revanche il a bien dit des choses comme "c'est pas étonnant de se faire violer si on est habillé comme une pute" ou "les femmes doivent être obéissantes et soumises". Ca vous choque c'est légitime, mais il n'y a certainement pas lieu d'interdire quoique ce soit. Vous ne pouvez pas découpler le problème de "l'islamisation" de celui de l'immigration.

      Il n'y a un problème d'islam que parce qu'il y a un problème d'immigration massive. Les musulmans en France ne sont pas apparus par suite de conversions ou parce que des prêcheurs habiles auraient convaincus des français. Non il est là parce qu'on a laissé et qu'on continue de laisser entrer des millions de musulmans.

      Donc sous prétexte de ne pas oser poser clairement le problème de fond, à savoir l'immigration de masse, vous voulez en arriver à restreindre sévèrement les libertés individuelles, et donc nuire à la qualité de vie de tout le monde, et en réalité surtout à celle des non-musulmans.

      Vos propos sont révélateurs, vous nous expliquez que si ces millions d'immigrés n'étaient pas musulmans, vous pourriez peut être vous y faire. Et bien pas moi ! Un pays n'a pas à accepter de se dissoudre par l'arrivée massive de populations étrangères, fussent-elles sympathiques.

      Je n'ai rien de particulier contre les arabes ou les musulmans, c'est leur présence massive dans notre pays qui pose problème. Didier Goux évoque les asiatiques comme exemple d'intégration. Là encore il ne faut pas comparer des torchons avec des serviettes. En proportion l'immigration asiatique c'est rien du tout. Rien de comparable avec l'immigration arabo-africaine.

      Faites venir 10 millions de chinois, qui vont racheter vos commerces, ruiner des commerçants et entreprises françaises, qui emploieront des français qu'ils sous payeront en les traitant de feignasses, et vous verrez si vous trouverez agréable d'avoir accueilli 10 millions de chinois non musulmans dans votre pays.

      Ce qui est inquiétant dans vos réaction, c'est l'absence totale de conscience que nous formons un peuple, qui bien que pouvant être ouvert à l'universel, n'en repose pas moins sur un substrat ethnique et culturel qu'on ne peut pas dissoudre (même avec des non musulmans) sans que celui-ci disparaisse irrémédiablement.

      Supprimer
    11. @ Emmanuel F.,

      Non, je vous dis juste que, puisqu'il faut lutter contre les prédicateurs salafistes, il faut aussi tirer les conséquences.

      Lutter contre ces types-là, qui sont des malins, impliquent l'action judiciaire (les procès, quoi, mais encore faut-il qu'ils tiennent des propos répréhensibles), l'action militante (genre Femens) et l'action politique.

      Sur ce plan, il faut donc, comme on dit, "conquérir les cœurs et les esprits" des musulmans.

      Comment voulez-vous y parvenir si vous leur tenez le discours du "on veut pas de vous chez nous"? Si vous leur tenez ce discours, vous les jetez dans les bras des salafistes qui, eux, ont compris tout l'intérêt qu'ils peuvent en tirer.

      C'est de la pure tactique, c'est tout.

      Quant à l'acculturation qui serait une soumission, j'attends toujours que les hordes de salafistes déferlent sur l'Europe. On s'impressionne des conquêtes militaires de Daesh, mais on oublie qu'il bataille durement pour gagner de petites portions de territoire peu peuplées. Et en plus, même quand les populations locales lui sont souvent favorables, Daesh est à la peine: sur ses 43 chefs historiques, 19 ont été tués.

      Ils veulent venir en Europe? Mais qu'il viennent, on se fera un plaisir de les recevoir comme ils le méritent. J'ai aucune crainte là-dessus.

      Et vous?

      Supprimer
    12. EmmanuelF: je crois, oui, que la soumission est la grande tentation. C'est tellement plus facile...

      Supprimer
    13. "Quant à l'acculturation qui serait une soumission, j'attends toujours que les hordes de salafistes déferlent sur l'Europe."
      Pas besoin de hordes de salafistes déferlant sur l'Europe.
      Chez nous, là, en ce moment, il est difficile de vivre dans les quartiers musulmans, sans qu'on invoque la pauvreté comme excuse. Il est difficile d'y enseigner, difficile d'y grandir surtout si l'on est une fille.
      Chez nous, là, en ce moment, on doit se défendre contre l'islamisme (et ce n'est pas facile quand il est insidieux et doucereux).

      Supprimer
    14. L'islamisme est une plaie, personne ne dit le contraire.

      Comment s'organise votre défense?

      Supprimer
    15. eh bien, j'aimerais mieux "comment s'organise notre défense". Mais comme je n'ai pas l'intention de "conquérir le cœur et les esprits" des musulmans (ça va, là, on a assez donné, non ?), eh bien disons que j'ai un bulletin de vote, un maire, un député... même si mon bulletin de vote n'est pas FN, il ne sera pas PS.

      Supprimer
  4. J'aime bien le concept "d'imams intégristes modérés".
    A populariser.

    RépondreSupprimer
  5. "balancent des atrocités sur les juifs, les homosexuels, les femmes"

    Et l'on mesure l'impasse dans laquelle la gauche dite "modérée" (celle de la ligne Terranova, celle qui a remplacé le social par le sociétal) s'est enfermée.

    En renonçant à l'intérêt collectif pour satisfaire les minorités (sexuelles, ethniques, religieuses, etc.) qu'elle appelait à voter pour elle, cette gauche a fait le pari de vouloir résoudre une équation insoluble: faire cohabiter l'Islam avec "les juifs, les homosexuels, les femmes...".

    Enfin, la question que soulève Buck Danny est essentielle. On attend désormais que des gens raisonnables et propres sur eux s'emparent de la question, au lieu de déplorer que seuls "les répugnants identitaristes de Desouche" l'aient fait jusqu'à présent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En renonçant à l'intérêt collectif pour satisfaire les minorités (sexuelles, ethniques, religieuses, etc.) qu'elle appelait à voter pour elle, cette gauche a fait le pari de vouloir résoudre une équation insoluble: faire cohabiter l'Islam avec "les juifs, les homosexuels, les femmes...".

      Cette gauche, oui. Mais il y a eu des gouvernements de droite aussi, et c'était pareil. En général, quand la gauche est dans l'opposition, elle est plus bavarde et plus lyrique quand elle évoque les droits de l'homme.

      Supprimer
    2. "Mais il y a eu des gouvernements de droite aussi, et c'était pareil"

      C'est exact, Suzanne. Je réagissais simplement au billet qui semblait questionner le rapport qu'entretient aujourd'hui la gauche avec l'islamisation du pays.

      Supprimer
    3. C'est que je suis restée une grande naïve de gauche... La gauche, qui a mis tant d'ardeur dans des combats anticléricaux... On dirait qu'elle attend le Ben Abbès du roman de Houellebecq.

      Supprimer
  6. Tschock: nous vivons dans un pays où on n'a pas le droit d'appeler à la violence envers telle ou telle catégorie de la population. Il y aurait matière à porter plainte contre ceux qui disent publiquement "bats ta femme, bats ton voisin juif ou homosexuel". Même si l'on est contre la judiciarisation à tout-va, même si on est hyperprudent avec la censure et les possibilités de troubles à l'ordre public, qu'est-ce qui empêcherait les hommes politiques de simplement dire ce qu'ils pensent de tels "salons", comme le fait cette Céline Pina ? On les entends tous s'exprimer avec ardeur quand il y a un graffiti sur une mosquée, on ne leur a pas coupé la langue, donc ! De là à ce qu'on concluent qu'ils pensent que l'islamisme c'est plutôt cool, et que ceux qui râlent sont des suppôts de Marine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suzanne: je ne vois pas où il y aurait eu une démission de la société française devant l'intégrisme musulman.

      Ce que j'entends, en revanche, ce sont des discours qui le proclament en permanence et à toute occasion. C'est même devenu un must. Aucune analyse réaliste n'est considérée comme crédible par l'opinion publique si elle ne commence pas par un mea culpa du type "nous avons démissionné devant l'intégrisme musulman, la gauche droitdel'hommiste nous a compromis avec les salafistes, il est temps de rompre avec cette politique de laisser-faire".

      Mais?? Bon sang! La question musulmane hante la politique française depuis le milieu des années 80. C'est une obnubilation. Il ne se passe pas un jour sans qu'on en parle. On observe tous le phénomène à la loupe. Il suffit que trois gosses mettent le voile dans un bahut paumé en banlieue pour que les plus hautes instances de l'Etat se penchent sur le cas et qu'une loi soit finalement votée.

      On en est à s'interroger sur les menus de substitution dans les cantines et la longueur des jupes des filles!

      Dès qu'il est projeté de construire une mosquée dans un bled que je serais même pas foutu de vous situer sur une carte de France, on sonne le tocsin, on convoque le ban et l'arrière ban, on invoque Charles Martel, on lance les recours contre le permis de construire, on conteste la validité du bail emphytéotique concédé par la mairie, on en appelle aux forces du Bien et du Mal, bref ça tourne au psychodrame.

      Comment peut-on sérieusement prétendre que nous faisons silence face à l'intégrisme musulman alors que depuis 30 ans le brouhaha n'a cessé de s'amplifier?

      Alors, la question qui peut se poser c'est de savoir si on a été efficace. Ca, oui. Je crois que je ne scandaliserais personne en disant qu'on a été très brouillon, très désordonné, très contradictoire et illisible dans notre action collective sur la question musulmane en général et la question de l'intégrisme en particulier.

      Hé! Le Français est brouillon faut dire.

      Supprimer
    2. "une démission de la société française devant l'intégrisme musulman."

      Je pourrais vous citer mille faits... dont ces prédicateurs salafistes qui n'émeuvent pas les élus de gauche, qui préfèrent se montrer avec eux, tous sourires dehors, plutôt que combattre leur projet politique (parce que chacun de ces prédicateurs désire la charia pour la France, ce sont eux qui le disent) comme s'il n'y avait pas lieu de s'en inquiéter.

      Je ne crois pas que la société française, dans son ensemble, démissionne. Vous parlez d'obnubilation, et vous n'avez pas tort dans un sens.
      Cette obnubilation vient du fait qu'on devient fou à force de se faire renvoyer dans les cordes et traiter de raciste et/ou d'islamophobe alors qu'on ne l'est pas. "les trois gamines voilées ?" "des histoires de cantine" ? Allons donc...

      Vous viviez dans une caverne, pendant les attentats de Charlie Hebo ? Ce qui m'a le plus désolé, ce n'est pas que des tueurs viennent descendre des journalistes -qu'est-ce qu'on peut contre les terroristes qui ne craignent pas la mort-, mais les réactions dans les collèges et lycées après, et tout de suite les excuses qu'on a évoquées pour expliquer les réactions bien communitaristes, c'est le moins qu'on puisse dire, des élèves des quartiers "sensibles". Ou les prises de position d'une partie de la gauche avant, même, excusant par avance ce qui allait se passer. (et qui s'est passé). Ne voyez pas ce qui est sous vos yeux, c'est votre regard qui est malsain. M'est avis que c'est EXACTEMENT ça qui rend les gens dingues et qui les fait voter FN.

      Je suis encore assez obnubilée par le fait que les politiciens de gauche soient si mous à défendre la laïcité et l'égalité hommes-femmes, si silencieux quand les trois quarts des juifs ont foutu le camp parce qu'ils craignaient pour leur peau et l'avenir de leurs enfants. Peut-être qu'ils s'en fichent, peut-être que je devrais me faire une raison, et attendre de voir comment le gouvernement Le Pen s'en sortira. (mal, forcément mal, comme disait notre chère Marguerite).

      Supprimer
    3. "Je ne vois pas où il y aurait eu une démission de la société française devant l'intégrisme musulman.

      Ce que j'entends, en revanche, ce sont des discours qui le proclament en permanence et à toute occasion."

      Mais enfin, mon cher Tschok, dans quel pays vivez-vous ? Vous n'avez jamais entendu parler des hôpitaux et des maternités où l'on est obligé de réorganiser les services parce que "certains" refusent que des médecins ou des infirmiers examinent leurs femmes ? Des cantines où il faut vérifier les menus des repas pour être sûrs que "certains" consentent à les consommer sans que cela contrarie leurs croyances ? Des piscines dont il faut réaménager les horaires pour réserver des quotas à "certaines" femmes qui refusent de s'y baigner avec des hommes ? Des professeurs qui expurgent soigneusement leurs cours de certains sujets qui pourraient heurter la sensibilité extrême de "certains" élèves, tout en accordant une importance démesurée à d'autres sujets qui passionnent les mêmes élèves et flattent leur fierté communautariste? Des policiers qui se font copieusement engueuler quand ils essaient de verbaliser "certaines" femmes qui s'obstinent à se promener sur la voie publique voilées de la tête aux pieds ? Si vous n'avez jamais entendu parler de tout cela, vous avez sûrement des excuses car les médias sont en général très discrets sur ce qu'ils considèrent comme des "dérapages" marginaux, mais pour beaucoup de nos concitoyens, c'est déjà depuis longtemps l'essentiel de leur quotidien !

      Supprimer
    4. Je veux bien tout ce que vous voulez Suzanne, mais n'empêche que vous reprenez à votre compte la thèse identitaire, et bien raciste comme il faut, selon laquelle la gauche est complice des salafistes, à qui elle donne le champ libre par pur calcul électoraliste, au risque de brader les lois de la république, ses valeurs et l'esprit des Lumières.

      C'est ce que vous écrivez.

      Ensuite c'est à vous de voir si vous êtes encore une femme de gauche dont les valeurs sont universalistes et anti-racistes, ou si vous ne l'êtes plus et, sincèrement, je crois que je n'y peux rien.

      Sur le fait que je vive dans une caverne: j'ai commencé ma carrière dans le bureau du juge Bruguière qui traitait d'affaires de terrorisme salafiste, à une époque où le mot même était inconnu du grand public. J'avais accès aux rapports des services de renseignement qui, déjà, décrivaient un effort organisé de pénétration de la société française par l'islam radical, ce dont la plupart de mes contemporains se foutait royalement, sauf quand une bombe pétait quelque part.

      En janvier dernier, avec 4 millions de mes concitoyens, j'ai défilé dans la rue sans me poser la question de savoir si je suis ou non Charlie, j'ai pas d'états d'âme de ce genre. Au moment du procès des caricatures, j'ai bataillé sur les blogs pour modestement appuyer la défense du journal et j'ai bien évidemment pris connaissance, comme tout le monde je crois, des réactions de certains élèves des collèges de banlieue, et elles m'ont navré.

      Je n'appartiens pas à une élite: je suis un homme du peuple, je viens de la France des Deschiens et leurs sketches ne me font pas rire précisément parce que je n'appartiens pas à cette bourgeoisie parisienne qui se gausse de la vulgarité du peuple, mais je suis diplômé et qualifié et je ne vois pas de raison d'abdiquer le peu d'intelligence que j'ai pu me constituer en adhérant aux délires identitaires, au motif qu'ils seraient l'expression légitime des revendications du peuple français.

      Non, ce sont de pures conneries racistes et il faut le dire, même si, et je le regrette, nos concitoyens s'apprêtent à voter massivement Le Pen.

      Quant à ma conception de la laïcité, elle est "ordre public": je vous expliquerais volontiers ce que cela signifie mais ce serait un peu long, alors en résumé cela veut dire que je m'en tiens à la loi de 1905, ni plus ni moins.

      Et enfin je suis libéral, certes de gauche, mais libéral, ce qui signifie donc que je n'ai absolument rien à voir avec la gauche marxiste ou marxisante dont je n'adopte aucun des modes de pensée et dont je ne partage aucun des grands objectifs. Les délires collectivistes, c'est pas du tout mon truc.

      Je me délecte que Michel Onfray règle enfin son compte à cette gauche qui a exercé sur la pensée de ce pays un joug stérilisateur et je me réjouis qu'il en soit le fossoyeur: à chacun de ses coups de marteau sur les clous du cercueil, c'est l'espoir du renouveau d'une pensée de gauche enfin désengluée du marxisme qui renait. Et je m'en félicite.

      Bon, je ne partage pas vos analyses anxieuses sur la progression de l'islamisme en France et j'estime que l'islamophobie n'est pas qu'un mot inventé par les mollahs iraniens pour déconsidérer leurs adversaires, mais bel et bien un mot, d'ailleurs entré dans le dictionnaire, qui décrit un phénomène réel.

      Cela fait-il de moi un traitre acquis à la cause islamiste, ou un mou, ou un je ne sais quoi qui accepterait la "soumission"? Non mais?? Vous me prenez pour une bille ou quoi?

      Supprimer
    5. "vous reprenez à votre compte la thèse identitaire, et bien raciste comme il faut, selon laquelle la gauche est complice des salafistes, à qui elle donne le champ libre par pur calcul électoraliste, au risque de brader les lois de la république, ses valeurs et l'esprit des Lumières."

      Ce n'est pas une thèse que je reprends à mon compte, c'est ce que je vois. Comme ce qui est écrit dans le dernier commentaire d'Emmanuel F, un peu plus haut.

      J'ai écrit "la gauche est complice des salafistes". ... Je n'ai pas exactement écrit ça, mais en raccourci, je reconnais que ça revient à peu près au même. (même si pas tout le monde, pas tout le temps, pas pour tout...)

      Quand une mairie de gauche finance des "centre culturels islamiques" et y laisse des prêcheurs salafistes débiter leur propagande pendant des mois et des années, accepte qu'on y ouvrir une école coranique, ça s'appelle comment ?
      Quand c'est une mairie de gauche qui fait ça, ce ne sont effectivement que les sites identitaires qui s'indignent, sauf un dossier dans Le Télégramme, où il est question d'un quartier qui s'islamise, avec une corrélation trafic d'armes-délinquance-salafisme-financements obscurs et vote à 70% pour les élus qui laissent la situation évoluer sous la houlette d'une beau représentant de cette religion de paix et d'amour. (mais ne stigmatisons pas).
      Dans ce cas précis, quel autre mot que complicité conviendrait mieux ?

      C'est cool, Brest. Ils avaient déjà les écoles de la Sainte Fraternité Pie X (mais là, au moins, on n’exhorte pas à tuer les apostats).




      Supprimer
    6. "Dans ce cas précis, quel autre mot que complicité conviendrait mieux ?"

      L'angélisme, tout simplement.

      Et puis l'inconscience des enjeux. Je crois que c'était Laurent Murawiec, un Français de la Rand Corporation, plutôt marqué à l'extrême droite, qui expliquait après le 11/09 que la secte des wahhabites avait, depuis l'entre deux guerres, lancé une OPA hostile sur l'islam et qu'elle y était effectivement parvenu, en grande partie, grâce à la manne des pétrodollars et à la position prestigieuse du royaume saoudien, berceau de l'islam, dans l'univers musulman.

      L'information était capitale. Même si elle demandait à être affinée et critiquée, elle n'a pas été reçue en France, parce que le type bossait pour la Rand, qu'il était d'extrême droite et qu'on était en pleine polémique avec les Américains sur la guerre contre l'Irak.

      L'info signifiait pourtant que toute organisation musulmane dans le monde, même la plus banale association de quartier, était susceptible d'être vérolée par des wahhabites, qui ont tout de même des conceptions extrêmement conservatrices et rétrogrades et totalement incompatibles avec les principes républicains (là, pour le coup, ça ne se discute pas) voire franchement hostiles, puisque cette doctrine avait inspiré Ben Laden. Et, nous dit-on, elle inspire Daesh.

      D'un autre côté, cette constellation de sectes, de mouvements divers, de groupes ou de groupuscules qu'on appelle l'islamisme nous est opaque: on n'y comprend rien à tous ces trucs. Et ça nous fait chier.

      Alors parfois, effectivement, on met nous-mêmes le ver dans le fruit.

      Bruguière, qui est devenu membre de la Rand, soutenait d'ailleurs que le salafisme avait précisément pour objectif de subvertir par la dissimulation. Tel l'imposteur, il se fait passer pour ce qu'il n'est pas.

      Aujourd'hui, la prise de conscience des risques de noyautage du tissu associatif musulman par des éléments intégristes est un acquis. Les services de renseignements dirigent beaucoup de leurs efforts vers la prévention de ce risque.

      Même la société civile le fait: Caroline Fourest reproche quoi, fondamentalement, à Tariq Ramadan? Son double langage. Elle l'accuse d'être en réalité un agent de cet islamisme rampant qui se fait passer pour un musulman éclairé, progressiste et moderniste (ce qu'il n'est pas vraiment, en tout état de cause).

      L'ambiance vire la paranoïa, les uns et les autres s'accusant d'être soit des dupes, soit des agents de l'islamisme.

      Que me dit Emmanuel F.? Que je suis une dupe ou un type qui n'est pas informé. Et vous aussi vous me dites la même chose, autrement, mais dans le fond c'est pareil: selon vous, mon regard est "malsain". On est dans cette ambiance d'hystérisation du débat.

      Que dans un tel contexte les élus locaux puissent se faire empapaouter ne m'étonne guère.

      Supprimer
    7. Euh, non, je n'ai pas dit que votre regard était malsain, je me suis mal exprimée.
      Je voulais dire " on accuse les gens comme moi d'avoir un regard malsain, s'ils voient ce qu'il ne faudrait pas voir quand on ne veut pas se faire accuser d'islamophobie."

      Je suis très terre à terre, et peu sujette aux fantasmes. S'il y a des histoires d'horaires pour les musulmans dans les piscines, je sais faire la part des choses, ça s'est passé dans cinq ou six piscines, ce n'est pas la peine d'aller réveiller Charles Martel pour ça. En revanche, quand ces anicroches sont portées sur la place publique, j'en veux aux responsables, aux élus, qui parlent faux. On commence par mentir, puis rajouter des mensonges pour se dépatouiller des premiers, tout ça pour ne pas avouer qu'on a cédé à des pressions religieuses. (Martine Aubry, à Lille)

      Je suis très terre à terre, je le répète. Les femmes voilées m'attristent. Je n'ai pas peur des Abdennour Bidar, mais j'ai un infini sentiment de tristesse quand, à une fête d'école publique, il y a un barbecue "pour musulmans", un barbecue "pour chrétiens", une tente pour les femmes et une tente pour les hommes. Et ça, ne me dites pas que c'est un fantasme, c'est le style d'expérience qu'on peut faire quotidiennement si on a une vie de parents vivant dans des zones à forte mixité sociale, comme on dit. C'est bien plus triste que trois piscines sous l'influence de mosquées salafistes. Allez dans un quartier populaire, regardez comme sont habillées les petites filles, musulmanes ou pas: elles ont une sorte de tunique, ou un short par dessus des leggings et un tee-shirt à manches longues sous un autre tee shirt à manches courtes, l'été quand il fait très chaud. Dans les quartiers bourgeois, les fillettes sont en short ou en robe d'été, jambes nues. J'ai le sentiment qu'une injustice historique est en train de se produire. Alors que les droits des femmes avaient progressé, qu'on se débarrassait de la gangue de l'église, voilà qu'on est rattrapé par une autre religion, bien pire encore, et c'est terrible parce qu'on aura vécu la liberté de se promener en ville tard le soir et qu'on ne le peut plus partout.

      Sinon, rien à ajouter sur ce que vous écrivez du noyautage des associations par les salafistes, on le sait depuis quarante ans.

      Je n'ai franchement pas l'impression d'hystériser en quoi que ce soit. Réfléchissez donc un peu avant d'employer ce type d'arguments faciles.

      Supprimer
    8. Ok pour le malentendu.

      Effectivement la phrase " Ne voyez pas ce qui est sous vos yeux, c'est votre regard qui est malsain." se comprend mieux en précisant que vous parliez de vous et pas de moi, ce que je n'avais pas compris.

      Au passage, je vous signale que se faire accuser d'islamophobie n'est pas très grave. Le mot est démonétisé: il est fourre-tout, comme "libéral" ou même "connard". Et dans son sens du dico, il traduit une hostilité envers l'islam, les musulmans, ce qui est, reconnaissons-le, assez répandue, banale, voire normale, légitime ou compréhensible.

      Tenez, Corto, qui à ma connaissance n'est pas poursuivi en justice, utilise à l'endroit des musulmans le terme de "muzz", qu'il emploie dans un sens toujours péjoratif dans son blog, comme un équivalent du terme "youpin" pour les juifs s'il était antisémite ou négro s'il était raciste, et personne ne songe raisonnablement à lui en faire grief, c'est vous dire si on s'en fout, le plus drôle étant bien sûr qu'il est lui-même une pédale de droite.

      Sinon, pour la tristesse que vous éprouvez à l'égard de la femme et de la fillette musulmanes, sachez qu'elle vous honore et elle fait de vous l'égérie de l'éternelle féminin tel que la France le conçoit.

      Mais sachez aussi que des femmes musulmanes - traitresses à leur cause? - n'en ont pas grand chose à foutre et qu'elles l'analysent comme une coquetterie très française (se croire plus évolué que les autres). C'est ainsi que des féministes musulmanes revendiquent le port du voile, car elles en ont marre que la bienpensance française leur donne des leçons là-dessus.

      Etant un homme, je me garderais d'entrer plus profondément dans cette polémique dont je constate simplement qu'elle existe:

      http://www.lexpress.fr/actualite/societe/ces-feministes-qui-defendent-le-voile_904685.html

      A part ça, sur le noyautage, ce n'est pas 40 ans, restons raisonnables, mais plus modestement 20, ce qui est déjà pas mal.

      D'autre part, si je vous ai donné l'impression de vous hystériser, il est alors absolument clair dans mon esprit que mes plus plates excuses sont la seule réponse possible.

      Enfin, sur les barbecues, je n'ai rien d'autre à vous dire que cela: quand on s'engage dans la quête identitaire il est mécaniquement évident que toute différence, même la plus infime, devient prétexte à conflit incessant.

      Notre société identitaire devient donc le théâtre d'affrontements de Titans entre les partisans de la taille de la jupe à telle hauteur plutôt que telle autre, du barbecue avec ou sans cochon, des poils du cul ou de la raie des cheveux à gauche ou à droite, du menu ceci ou cela, etc.

      Toutes questions qui gouvernement évidemment le sort de l'univers.

      Et pendant ce temps là, le monde se fait, sans nous et tous ces vieux cons qui réaniment des œuvres littéraires aussi compassées et subalternes que celle d'un Raspail et son Camp des Saints, tenu aujourd'hui pour la bible des temps modernes par les réacs qui sont abonnés à votre blog.

      La quête identitaire étant une succession de rétrécissements, j'espère que vous aimez passer par les entonnoirs parce que c'est ce qui va nous arriver.

      Supprimer
    9. Tschok: votre dernier post est un chef-d'oeuvre, dans son genre. J'apprécie votre ironie et vos petites piques fielleuses... et je ne relève pas, pour Corto. Je suppose que ça vous a échappé, mais ne vous acharnez pas trop sur ses semblables, vous savez bien qu'Allah fait brûler les sodomites dans les feux de l'enfer !

      Supprimer
    10. "Tenez, Corto, qui à ma connaissance n'est pas poursuivi en justice, utilise à l'endroit des musulmans le terme de "muzz", qu'il emploie dans un sens toujours péjoratif dans son blog, comme un équivalent du terme "youpin" pour les juifs s'il était antisémite ou négro s'il était raciste, et personne ne songe raisonnablement à lui en faire grief, c'est vous dire si on s'en fout, le plus drôle étant bien sûr qu'il est lui-même une pédale de droite."

      C'est amusant, vous signalez chez Corto l'emploi du terme "péjoratif" de "muzz" et vous-même dans la foulée employez le terme sûrement flatteur de "pédale" pour le qualifier. Enfin, rassurez-vous, personne ne songe raisonnablement à vous en faire grief : à chacun ses petites détestations et son côté "réac", n'est-ce pas ?

      Supprimer
    11. Emmanuel, ne tombez pas dans le panneau: vous avez compris pourquoi Tschok écrit ça, n'est-ce pas ?
      Tschok a écrit des kilomètres et des kilomètres de commentaires... (tapez "tschok et quelques mots clés dans google, vous verrez d'innombrables entrées) Dès qu'on parle de ça quelque part, hop, il arrive, il se colle comme une bernique. I Toutes ses interventions sont sur l'islam, les musulmans, la laïcité. Il se débrouille bien. Il cause riche, comme on dit par chez moi, il discute pendant des heures et des heures.. . puis il glisse toujours les mêmes arguments (ceux qu'on retrouve chez les Baubérot, Gresh, etc) Bref, il fatigue le poisson. Par ailleurs, il adore traiter ses contradicteurs de pédale ou de lopette. ça situe son homme.

      Supprimer
    12. Oui, j'avais déjà en effet repéré ce pseudo ici ou là ! Le problème, c'est que j'ai beau relire ses messages, je n'arrive pas à comprendre ce qu'il veut dire exactement, dans la mesure où beaucoup de ses arguments sont complètement contradictoires. Tout cela relève en effet d'une grande confusion mentale : il remarque à un moment donné que "le Français est brouillon", c'est une fort belle autocritique !

      Supprimer
    13. Tiens, rien que pour permettre à Tschok de ne pondre encore une ribambelle de commentaires, voici un autre exemple d'"imam intégriste modéré" (celui-là est hongrois, si j'ai bien compris) qui n'aime pas du tout, mais vraiment pas du tout les "lopettes"...

      Supprimer
    14. "de NOUS pondre encore"

      Supprimer
    15. Je ne crois pas que Tschok répondra à des questions où l'on peut répondre par oui ou non, mais bon, c'est pas la police ici non plus...
      Il louvoie tout le temps. Dans son dernier post: "Etant un homme, je me garderais d'entrer plus profondément dans cette polémique dont je constate simplement qu'elle existe:" (à propos du voile). Moyennant quoi, il ne fait que parler de ça depuis sept ou huit ans sur les blogs. Le lien qu'il donne est un ramassis de témoignages de pauvres filles style "le voile, c'est comme une peau de banane, si on enlève la peau, la banane pourrit de l'intérieur", une page de l'Express qui a sept ans.
      Comme moi aussi j'en parle beaucoup, je ne lui reproche pas d'être un interlocuteur toujours présent, d'autant que ce n'est pas un abruti comme tant de musulmanistes primaires que je me suis souvent farcis ! Je ne vais pas faire une étude des écrits tschokiens pour essayer de savoir ce qu'il pense vraiment, au fond. Il est le plus souvent dans l'objection nuancée, la remarque contradictoire, et la synthèse des opinions exprimées. Quand il se fâche, il part en couilles, si l'on peut dire, puisqu'il traite ses interlocuteurs de pédés ou de lopettes. Comment je sais, si je n'ai pas passé des années à lire sa prose ? Bah, "Tschok lopettes" ou "tschok pédés" dans Google, et hop ! Voilà du Tschok dans le texte: "Je me suis tartiné des lopettes de gauche, de droite, du centre et même d'ailleurs. Ils sont tous tolérants en affichage, mais dès qu'on les bouscule, ils se rétractent comme des huîtres qu'on titille du bout de la fourchette."

      C'est sa passion sur le Net, titilleur de lopettes et défenseur des femmes voilées.
      à part ça... à bientôt, Tschok !

      Supprimer
  7. Buck Danny: "Ce qui est inquiétant dans vos réactions, c'est l'absence totale de conscience que nous formons un peuple, qui bien que pouvant être ouvert à l'universel, n'en repose pas moins sur un substrat ethnique et culturel qu'on ne peut pas dissoudre (même avec des non musulmans) sans que celui-ci disparaisse irrémédiablement."
    Oui, eh bien ce peuple a évolué quant au statut de la femme, pour ne parler que de ça. Au grand dam des catholiques à l'ancienne. Il ne me semble pas par ailleurs que l'immigration soit la source de tous nos maux, et qu'il suffirait d'élaguer la France pour que les enfants lisent et que les charcutiers se repointent dans les villages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre substrat de gauche explique à mon avis votre désarroi face à la situation actuelle.

      Etant de gauche vous pensez qu'on pourrait assimiler sans problème 10 millions d'arabes s'il n'y avait pas le problème de leur religion, et si on y mettait un peu de contrainte et de volonté politique.

      Finalement vous pensez la même chose que tshok quand il explique avec une fausse naïveté que la solution serait d'acculturer les musulmans. Comme si on pouvait acculturer 10 millions d'individus issue d'une culture très différente de la notre...

      L'accent mis sur l'évolution des droits de la femme mais aussi des pseudos droits individuels qui s'étendent sans cesse (LGBT et consorts) est aussi une partie de notre problème. La résultante du progrès des droits de la femme, c'est le divorce de masse et un effondrement de la fécondité des femmes européennes de souche. Sans compter qu'en réalité tout cela n'a nullement contribué à l'épanouissement réel et au bonheur des femmes.

      Je vous rassure je suis un homme de mon temps, ma compagne travaille et gagne même plus d'argent que moi, mais je ne peux m'empêcher de constater que globalement toutes ces évolutions nous ont fait beaucoup de torts. Toutes ces déstructurations de gauche nous laissent totalement démunis aujourd'hui face à l'envahisseur.

      En quelques décénnies on a déconstruit toute notre culture traditionnelle, et on s'étonne qu'on arrive pas à réagir face des individus qui eux sont armés d'une culture et d'une spiritualité millénaire très ancrée. Moi ça ne m'étonne pas.

      La gauche a tout détruit, maintenant les barbares se répandent dans nos contrées, et quelques gens de gauche comme vous se désolent de ce qui arrive et ne comprennent pas sans se remettre réellement en question. C'est déjà bien cela dit, la plupart préfèrent ne rien voir et fantasmer sur un monde imaginaire qui n'existe pas tel que tshok en offre la parfaite illustration.

      L'immigration n'est pas la source de tous nos maux, elle est simplement le seul maux qui nous atteint qui soit réellement mortel.

      Une fois en minorité sur notre sol, l'Histoire sera terminée. A ce moment là vous pourrez toujours disserter sur le fait que voter FN c'est peut être un peu trop extrême, ou qu'il faudrait une vraie politique de laïcité plus volontariste.

      Supprimer
    2. Je ne sais pas, Buck Danny. Je ne vois pas en quoi le FN serait efficace contre l'immigration, ni efficace en quoi que ce soit, à vrai dire, même à supposer qu'on partage ses idées. La bêtise et le côté louche d'un grand nombre de ses "têtes" ne m'inspire rien de bon. Mais c'est un autre sujet.

      Supprimer
    3. Je suis bien d'accord avec vous, mais c'est pas comme si on avait l'embarras du choix.

      Je partage vos réticences, mais bon face au péril il n'est plus temps de se poser ce genre de questions. Le FN est le seul parti à dire vouloir faire quelque chose contre l'invasion migratoire et l'islamisme. Il est le seul surtout à dire qu'un tel programme nécessite de remettre en cause notre appartenance à l'UE et à l'euro. On verra bien. Comme vous je n'y crois pas plus que ça.

      Philippot, Marine, Collard, je me dis que c pas avec ça qu'on va sauver quoique ce soit, mais enfin ça mange pas de pain, et bon c'est la seule façon de dire clairement les choses par son vote.

      Quant à la bêtise et au côté louche, vous croyez vraiment qu'il y'en a moins dans les autres partis ? Parce que si on commence à faire des listes on a pas fini.

      Supprimer
  8. ♪Toute la musique que j'aime, elle vient de là, elle vient du blues♫

    En revanche, votre imam à vous n' a pas l'air trop mélomane.

    (CLIC)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces grands poètes sont rigolos, hein ? ...

      Supprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.