samedi 10 janvier 2015

Un pois chiche dans le cerveau


Didier Goux, ce grand visionnaire...

Il avait même prévu l'arrivée des frères Pouachiche. C'est fort.

5 commentaires:

  1. La vraie honte c'est la façon dont je massacre le français dans ces deux lignes !

    RépondreSupprimer
  2. si vous (didier) n'étiez pas intervenu, j'aurais dit "ce ne peut pas être lui qui a écrit ça"; mais moi aussi (surtout moi?) il m'arrive d'exagérer les litres de pastis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. des litres de pastis à 15h33 ? quand même pas !

      Supprimer
  3. Merle, votre « revue de presse » est cinglante et nécessaire. Les vierges affolées d'amour pour les français arrivés au Paradis, les bites (bittes) persillées sur les nuages, le « travail d'arabe » de Lisa Mandel, bref, ces protestations vigoureuses contre un certain Pada Malgam, le monsieur invisible et que l'on sort pourtant régulièrement de son placard, ensanglanté, la mine sévère, tout cela, avec la superbe couverture du New Yorker représentant la tour Eiffel, le sommet taillé en pointe de crayon, la base submergée par une vague de sang, me paraît être d'une nécessité « de bon aloi ». Charlie hebdo aura, lui aussi, connu ses « balles tragiques »…
    Je vous souhaite évidemment le meilleur pour 2015, mais je reconnais que cela commence mal, tout au moins pour notre infortuné pays…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "la superbe couverture du New Yorker représentant la tour Eiffel, le sommet taillé en pointe de crayon, la base submergée par une vague de sang,"
      Oui !

      Supprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.