samedi 31 juillet 2010

Un gendarme va prendre votre appel


Police de proximité, réclame tout le monde. À la campagne, on a la gendarmerie de proximité. Les nouvelles gendarmeries sont un modèle de proximité. Hautes grilles, volets toujours baissés, portail clos et sonnette. Vous sonnez, nous avons enregistré votre appel, ne quittez pas. Vous n'imaginez pas qu'il y a quelqu'un de vivant dans les bâtiments. Une voix vous répond, oui j'écoute. Vous demandez si le gendarme Arthur est là, mais la voix ne sait pas, c'est quelqu'un de la permanence d'une autre gendarmerie qui répond à votre appel. C'est pour quoi ? On va se renseigner. Vous avez un document à déposer pour le gendarme Arthur. Il n'est pas là, mais on va vous ouvrir. Clic fait la grille qui s'ouvre. Vous allez à la porte du bâtiment, elle est fermée à clé, un gendarme vous attend, derrière. Dedans, il y a cinq ou six gendarmes, vous passez devant les cellules de garde-à-vue et leurs énormes verrous d'acier. C'est neuf, c'est propre, il y a un dessin d'enfant et une carte postale de la gendarmerie de Saint-Tropez au mur, les gendarmes ont le sourire, ça sent le café, on est à la campagne.
Vous téléphonez la nuit. Vous tombez sur la permanence d'on ne sait où. De votre maison, vous voyez trois camionnettes devant l'ancienne forge, des ombres qui vont et viennent, quelqu'un qui passe par une fenêtre. On vous demande votre identité, on vous demande de relever le numéro des plaques d'immatriculation si vous pouvez le faire sans danger, la police fera son travail demain, laissez. On vous assure, si vous insistez, que les gendarmes s'occuperont de l'affaire, mais qu'ils ne se déplaceront pas la nuit, si vous leur dites que la maison est inoccupée, pas la peine de risquer "un évènement", ils enquêteront dès le lever du jour. Le vieux forgeron habite chez sa fille veuve trois kilomètres plus loin, il pleurera le lendemain dans sa forge dévastée. Il ira à la gendarmerie du bourg, il sonnera à la porte, il entendra la petite musique , une voix qui lui dira qu'on a enregistré son appel et...


***
.

29 commentaires:

  1. Didier: aucun rapport, mais connaissez-vous "Histoire et dictionnaire de la police
    Du Moyen-Age à nos jours
    d'Auboin et Tessier, avec préface de Sarkozy et avant propos de Villepin (ou l'inverse ?)

    RépondreSupprimer
  2. C'est drôle, tout à l'heure en rentrant du ciné (vers 23h), je me faisais la réflexion, en voyant les nombreux fourgons de CRS (ou police de proximité) stationnés : "Ici, il y a autant de policiers au m2 que de passants". Faut dire que j'habite à côté de la fontaine des Innocents...

    RépondreSupprimer
  3. Ah, non, je ne connais pas ! C'est bien ?

    RépondreSupprimer
  4. Le pire (bof) est que c'est pareil à Paris...

    RépondreSupprimer
  5. Didier: oui, c'est intéressant(pas pour la préface et le prologue...)

    Quand Didier dit "C'est de la faute à Sarkozy !", ben OUI.
    Ce n'est pas de la faute à Sarkozy s'il y a des délinquants, mais c'est sa faute si les forces de l'ordre ont l'ordre de contrôler, contrôler, exhiber leur force quand elles ne risquent rien, et de se planquer et ne rien faire pour attiser la presse et émouvoir l'opinion publique. Effectivement, c'est par le nombre qu'elles impressionnent (mille CRS et autres flics quand il y a un match de foot avec le PSG!), pas par leur détermination à faire respecter la loi.

    RépondreSupprimer
  6. Il y a une variante : vous êtes victime d'un vol à X.. dans ne grande surface, vous signalez le fait aux services de celle-ci qui vous envoient au commissariat, vous y arrivez à 17h55 : personne, vous sonnez, vous attendez, 30 mn après, un flic de passage vous dit, "c'est fermé à 18 h, je ne suis pas de service, allez à la gendarmerie de votre domicile" réponse "y en a pas", "ben à celle la plus proche dont vous dépendez". Je rentre chez moi dare-dare, règle les problémes de cartes bancaires et le lendemain fais 15kms pour aller à la gendarmerie de Y... ELLE N'OUVRE AU PUBLIC QUE DEUX JOURS PAR SEMAINE !
    Restriction d'effectifs, plus de patrouilles, pas d'interventions nocturnes, c'est çà la vie en campagne.

    RépondreSupprimer
  7. Et À LA campagne, c'est la même chose...

    RépondreSupprimer
  8. Je ne sais pas si la réduction des effectifs et la non-proximité de la police et gendarmerie suffit à expliquer que les forces de l'ordre interviennent de moins en moins en cas de troubles et harcèlent de plus en plus pour des broutilles. Je pense que oui, c'est la faute à Sarko (en partie, hein). Effets d'annonce, sécurité bling bling, mais rien au bout du compte. Les flics le disent bien, on leur DEMANDE de ne pas intervenir. Faut pas traumatiser l'opinion publique et provoquer des émeutes en touchant le poil d'un délinquant. Encore une fois, quand il y a besoin de beaucoup de flics pour un match de foot ou une disparition d'enfant, ils sont tout de suite là, et en nombre important. (heureusement, pour les disparitions d'enfant)

    RépondreSupprimer
  9. Quand j'ai emménagé près de Grenoble, juste à côté d'une gendarmerie, me suis dit :" chic, on sera bien protégés ! ... naïve encore.
    Quand, devant la même gendarmerie, on m'a arraché mon sac, me suis dit que c'était surtout pratique pour aller porter plainte !
    On peut pas tout avoir ....

    RépondreSupprimer
  10. Sarko ou pas, les flics et les gendarmes ne se déplacent plus, c'est comme les toubibs : il faut être mourants (et encore) pour qu'ils daignent sortir de leur bureau ou de leur cabinet. Et je n'ai vu qu'à la télé des flics qui relèvent des empreintes en cas de mise à sac de votre maison...

    RépondreSupprimer
  11. Quelle idée de se balader avec un sac à main ou pire, d'avoir une grange !!!

    Vraiment kekchose qui tourne pas rond en France...

    RépondreSupprimer
  12. Balmeyer, toujours avec sa tenue de foot ! Ma parole, il dort avec !

    RépondreSupprimer
  13. (zut, tant pis, je ne supprime pas le commentaire. Nicolas va encore dire que je bois. C'était Dorham que je voulais dire, on aura rectifié. Hum, coucou, Balmeyer, ça va ?)

    RépondreSupprimer
  14. Anne, Solveig, La Pecnaude, Mère Castor: on s'est toutes fait voler notre sac?

    RépondreSupprimer
  15. (le soutien-gorges à poches et à velcro, je ne vois que ça)

    RépondreSupprimer
  16. Il faut une Loi pour interdire les cambriolage après dix-huit heures et c'est réglé.
    :-)

    [La vie c'est simple comme un coup de fil qu'ils disaient… :-) ].

    RépondreSupprimer
  17. Dans l'article précedent vous trouvez scandaleux que l'on refuse l'arrêt des gitans sur la commune et dans
    ce dernier vous vous plaignez des cambriolages.
    Faudrait savoir.

    RépondreSupprimer
  18. Vous n'avez pas pensé à appeler les pompiers en leur disant qu'il y avait le feu ? Ça aurait au moins fait fuir les voleurs !

    RépondreSupprimer
  19. Catherine: non, les pompiers m'auraient engueulée après, et ils ne sont pas outillés, eux, au cas où l'affaire tourne mal. Les cartouches de gros sel à l'ancienne, c'est bien aussi, mais il faut avoir un chasseur à la maison.

    Brindamour: merci pour cette intervention intelligente. En effet, il n'y a qu'à renvoyer toute cette vermine en nomadie, et le problème sera réglé une fois pour toutes.

    RépondreSupprimer
  20. Tiens, la voilà la solution : que tout le monde passe son permis de chasse !

    RépondreSupprimer
  21. Ameuter tout le village en criant "au feu" ? Ou avoir une sirène qui imite celle de la gendarmerie ?

    RépondreSupprimer
  22. Catherine: je vous vois venir. Pourquoi pas un mégaphone hurlant du Mireille Mathieu ?

    Dans le fond, vous avez raison. Réagir, c'est mieux que gémir en silence. Et puis, on ne sait jamais. Si vous branchez une sirène et que dix personnes téléphonent pour se plaindre de tapage nocturne...

    RépondreSupprimer
  23. Notre fille a été cambriolée, au village à côté… Les gendarmes sont venus le lendemain, ils ont fait des photos de la scène du crime (avaient disparu: télé, chaîne hifi, appareil de photo, et des bricoles)… Et quelques jours plus tard, un jeune gendarme est revenu faire de nouvelles photos aussi inutiles que les précédentes, parce qu'un collègue, pour plaisanter, avait effacé le contenu de l'appareil numérique…

    RépondreSupprimer
  24. Le Coucou: ah, on sait s'amuser, dans votre gendarmerie!

    RépondreSupprimer
  25. En papillonant sur le net, je tombe au débotté sur ce message, auquel je ne peux résister de répondre. Certainement piqué au vif par une personne mécontente de mon institution, je vais essayer de répondre à l'exaspération que j'ai ressentie.
    1) Une politique de chiffre.
    Fini le temps des patrouilles qui se terminent chez l'habitant autour d'un verre. Cette époque ancienne est révolue. ?ous parlons de quotas, d'heures de patrouille, de police route.
    2) Des moyens financiers en régression
    Pour ne pas payer les gendarmes à ne "rien faire", on ferme certaines petites brigades à l'accueil quelques jours par semaine. Cela ne veut pas dire que les gendarmes n'y travaillent plus, mais y font d'autres activités.
    DES SOLUTIONS ?
    Il y en a...
    1) recruter et augmenter les effectifs... (et les impots aussi du coup)
    2) Economiser en regroupant les moyens entre les brigades
    Politique actuellement mise en place, mais rome ne s'est pas faite en un jour.
    DES AMELIORATIONS ?
    1) Un meilleur civisme et un plus grand dialogue entre les protagonistes... Quand vous allez sur un tapage, que vous demandez au requérant s'il a contacté son voisin qui fait du bruit et que l'on vous répond "non, pourquoi?"
    2 ) Ne pas penser qu'un gendarme a réponse a tout :
    Nous ne sommes pas assistantes sociales, nous ne sommes pas un rmède contre la bêtise humaine (on m'a cambriolé, mais la porte du garage était ouverte ) et nous ne pouvons pas rester devant la porte de tout le monde pour voir si un voleur ne serait pas entrain de s'introduire dans le domicile... Au besoin, je suis pret en échange d'une bonne table, à rester chez vous pendant mes quelques heures de repos...
    3) Ouvrez les yeux...sans tourner la tête !
    qui n'a jamais été témoin de faits délictueux.... Qu'avez vous fait à ce moment ????
    IDEES RECUES :
    1) 35 heures / semaine... C'est ce que je fais en 03 ou 04 jours....
    2) Nous ne touchons aucune rétribution sur la verbalisation routière.... dommage !
    Petit coup de gueule anonyme, car je n' y ai pas le droit normalement, (je me prends donc le gauche )... Après je réponds de mon travail, que je prends à coeur, et je ne peux pas me porter garant de tous mes collègues... Le pourriez vous vous-même ?

    RépondreSupprimer
  26. Merci pour votre commentaire, gendarme anonyme.
    Ce que vous écrivez à propos de ceux qui téléphonent à la gendarmerie avant d'avoir demandé à leurs voisins de baisser le son, (ou de déplacer leur voiture, ou de rentrer le chien qui aboie la nuit) est bien vu.
    N'empêche que je ne change pas d'avis à propos de l'impression que l'on a devant les portes fermées et l'hygiaphone. Est-ce vraiment nécessaire ?

    RépondreSupprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.