mardi 2 juillet 2013

Un petit jeu pas si facile

Moi aussi, comme Jacques Etienne et tant d'autres, j'apprécie le nauséabond Didier Goux en auteur-livreur. Notez que je l'entretiens dans sa modestie: écrivain en bâtiment, dit-il, auteur-livreur ajouté-je, pour son journal qu'il  nous offre à la fin de chaque mois. J'aimerais bien qu'il nous fasse  un journal du mois d'après, rien qu'une fois, pour changer. Le passé, c'est bien beau, mais l'avenir, tout de même...
J'ai empilé ce que j'ai chez moi de journaux d'écrivain. Nous sommes en juillet, j'ai lu ce qu'ils écrivaient en juillet. En voici   sept  extraits . Il en manque, et de grands, mais j'en garde pour août.
Qui saura en reconnaître quelques-uns ?

1)   Juillet s'épanouit dans la canicule. C'est le mois de l'été actif. On travaille encore. Il y a les forçats du tour de France. Bientôt ce sera, avec août, l'été passif. Maisons et magasins fermés, torpeur généralisée. On fera la queue devant la seule boulangerie ouverte du canton. C'est qu'ici nous sommes à la fois à la campagne et à Paris. Pas question d'estivants. Les vacances vident la région. […] 
 Sur la plage, deux filles très exemplaires, quatorze et seize ans. Assez lourdes, le nez épaté et retroussé, mais éclatantes de fraîcheur. Blondes, bleu et rose, tout le corps doré par le soleil comme une brioche. Porcines avec leur mufle épais et sensuel, mais triomphalement charnelles, elles sont la négation des mannequins squelettiques recherchés pour les défilés de mode. C'est ainsi que la peinture traditionnelle de Rubens à Renoir voulait que fût la femme. C'est la fusion en une seule pulsion de l'appétit alimentaire et du désir érotique. 
Michel Tournier, Journal extime Juillet 2002.

 
2) Moins de livres vendus, davantage de livres publiés. Qu'est-ce qui ne tourne pas rond dans cette histoire ?
Les lecteurs potentiels ont certes tort d'acheter moins de livres, les éditeurs ont-ils raison de s'obstiner à leur offrir une marchandise dédaignée ? En terme de marché, c'est bien comme cela qu'il faut dire ? Et si les éditeurs réduisaient leur production, qu'est-ce qui se passerait ? Pour eux, j'entends.
Au temps de la prospérité - très relative, il va sans dire, puis qu'un grand éditeur comme Julliard jonglait avec plusieurs banques à la fois - j'avais dit un jour à René Julliard : avec quatre romans par mois vous perdez de l'argent, pourquoi n'en publieriez vous pas qu'un ou deux particulièrement choisis, et de qualité ? À quoi il me répondit : si je perds de l'argent avec quatre romans il me faudrait au contraire en publier huit, le double, pour rentrer dans mes frais et « faire tourner la maison."
J'ai compris ce jour-là que je ne serais jamais ce qu'on appelle un éditeur.
Maurice Nadeau Journal en public 1er juillet 2002.

3) C'est étrange de constater comme ce pouvoir de créer rend son ordre à tout l'univers. Je puis voir l'ensemble de ma journée dans ses justes proportions, même après une longue hésitation de l'esprit, comme celle que j'ai eue ce matin. Mais ce doit être une nécessité physique, morale et mentale, comme mettre une machine en marche. Folle journée de vent et de chaleur, des bourrasques dans le jardin, toutes les pommes de juillet dans l'herbe. Je vais m'offrir le luxe d'une série de rapides et vifs contrastes, et briser les moules autant que je pourrai. Enfin, faire toutes sortes d'expériences.
 Virginia Woolf, 27 juillet 1934.

4) Bien que le spectacle d'un grand incendie ne soit pas une plaisanterie, chacun de nous retourna peu après à ses occupations. Encore heureux de pouvoir le faire! Le soir, au dîner, nouvelle alerte. Pour une fois, on mangeait bien, mais le hurlement des sirènes m'a coupé l'appétit. Cependant, tout resta calme jusqu'au signal de fin d'alerte trois quarts d'heure plus tard. À peine la vaisselle faite : alertes, tirs, et un nombre inimaginable d'avions. « Ciel, deux attaques dans la journée c'est trop» mais on ne nous demande pas notre avis. Montant, piquant, les avions faisaient vibrer le ciel et me donnaient la chair de poule. À chaque instant je me disais : « cette bombe est pour toi, adieu ».
  Anne Frank, 26 juillet 1943.

5) Ce pavillon à grand jardin […] qui était, il y a encore une douzaine d'années, un endroit charmant d'isolement et de tranquillité, est devenu intenable. Non seulement je suis entouré de sots – et goujats – à TSF, pour qui le vacarme paraît être la plus grande jouissance, qui font marcher leurs appareils au plus haut diapason, toutes fenêtres ouvertes, sans souci du dérangement qu'ils peuvent causer à autrui – la pensée ne leur en vient certainement même pas – mais vers R..., au milieu de cette route qui mène au bois de Verrières, on a construit tout un lot de maisons à loyer bon marché, et, depuis la soirée de mercredi dernier, il y a, pour le 14 juillet, un bal de nuit dont le vacarme que m'apporte le vent est, pour moi, comme s'il était à cent mètres. Voilà quatre nuits que je ne peux dormir, et j'en ai encore une à subir ce soir, ce qui fera la cinquième. Que suis-je obligé de gagner ma vie ! Je ne serais pas long à décamper et à chercher ailleurs, le plus loin possible de cette vermine, un endroit où j'aie vraiment le silence. Il faut ajouter, par-dessus le marché, le centre d'aviation de V. et le potin des appareils dans le ciel, la journée et une partie de la soirée. Je ne sais pas ce que sera la vie sociale dans cinquante ans, mais il est à prévoir qu'elle sera à se sauver.
Paul Léautaud, dimanche 17 juillet 1938

 
6) Ma chambre à l'hôtel, la chaleur réfléchie par le mur d'en face. Elle se dégage aussi des murs latéraux qui forment une voûte et enserrent la fenêtre placée dans un renfoncement. En plus, soleil d'après-midi. Le garçon, vivacité de mouvements, presque comme un Juif de l'Est. Tapage dans la cour, comme dans un atelier de construction de machines. Mauvaises odeurs. Punaise. Difficile de se décider à l'écraser. La femme de chambre s'étonne, il n'y a de punaises nulle part : une seule fois un client en a trouvé une dans le couloir.
  Franz Kafka, juillet 1914

 
7) De jeunes musiciens sont montés à Sartrouville. Ils jouent La foule, Mon amant de Saint-Jean, des airs d'avant le RER et les villes nouvelles. Je leur donne dix francs comme je donne à des silhouettes et des visages de misère. Le même geste pour payer le plaisir ou la compassion.
Les chansons transforment la vie en roman. Elles rendent belles et lointaines les choses qu'on a vécues. C'est de cette beauté que vient plus tard la douleur de les entendre.
Dans le film de Raymond Depardon, sur l'asile de l’île San Clemente, à Venise, on voit un homme affalé sur une table. Il tient un transistor collé à l'oreille et il écoute très fort une chanson. C'est une chanson italienne, elle fait penser à une fête foraine, à un bal en plein air, à l'amour perdu. L'homme écoute et il pleure. 
 Annie Ernaux, 13 juillet 1993
*** 
J'active la modération des commentaires ... et j'attends avec curiosité. 

37 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je suppose que je voulais dire "joker". C'était un matin et j'étais à jeun...

      Supprimer
    2. Pas grave. Z'êtes tout exculé.

      Supprimer
  2. Un exercice qui ramène à une saine modestie : je n'en ai pas trouvé un seul ! (Même si le second m'est bizarrement familier.)

    RépondreSupprimer
  3. N° 5 : du Camus pur jus (Renaud of course).

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas et puis, j'ai pris la résolution de ne plus lire de livres. Plus jamais.

    RépondreSupprimer
  5. Il n'y a pas avalanche de réponses...
    allez, quelques indices:
    Renaud Camus n'y est pas.
    L'un des extraits a été écrit par un auteur de quinze ans
    Un des auteurs vient de mourir, il avait plus de cent ans.
    Trois des auteurs sont des femmes.
    Deux auteurs sont vivants encore.

    RépondreSupprimer
  6. Un petit jeu pas si facile

    En effet.
    Et donc ?

    RépondreSupprimer
  7. Le 5, Paul Léautaud. J’ai déjà lu le 4, il me semble mais ne retrouve pas…

    RépondreSupprimer
  8. Un des auteurs vient de mourir, il avait plus de cent ans.

    Facile : Maurice Nadeau, a priori l'extrait 2), mais ça pourrait être un piège.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, pas de piège...Déjà, le pauvre, sa mort est passée quasiment inaperçue des medias...

      Supprimer
  9. Catherine a trouvé une réponse, et Malavita aussi. Dorham, Nicolas et Didier, non.
    Blanchette, vous avez droit à d'autres tentatives.
    Je pense que tout le monde a lu l'auteur du n°4.
    Catherine connaît bien le N° 3 aussi, et Jacques Etienne devrait reconnaître au moins le 7.
    Je donne les réponses ce soir.

    RépondreSupprimer
  10. Le 5, j'imagine bien Louise de Vilmorin à cause de la géographie mais un pavillon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu son journal... merci pour la participation !

      Supprimer
  11. 4/ Le journal d'Anne Frank

    RépondreSupprimer
  12. Je dirais bien Virginia Woolf pour le 3. Et le 4 m’énerve, il me semble le connaître…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes ! Z'êtes la grande gagnante de cette devinette. Je me doutais bien que chez les Gouzounours, c'était vous le vrai luminaire !

      Supprimer
  13. Bon, je viens de relire un peu plus attentivement que la première fois (ne pas avoir repérer Léautaud en 5 restera comme l'une des grandes hontes de mon existence…). Le 3 pourrait bien être de Virginia Woolf (mais votre commentaire m'a mis sur la piste…). Le 6 n'est pas très éloigné de Matzneff, mais là je m'aventure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu le journal de Matzneff non plus... C'est bien d'être comparé à Kafka, même pour quelques lignes !

      Supprimer
  14. C'est très étonnant !

    RépondreSupprimer
  15. Argl ! Anne Frank, bien sur. Je n’aurais pas trouvé, j’étais à Londres…
    Blanchette, Renaud Camus a bien des ressemblances avec Léautaud je trouve. Mais quand nous lui en avions parlé (à Camus), il n’a pas apprécié du tout !
    Suzanne, vous m’avez mis sur la voie. Ce petit jeu était bien amusant, merci. Mais qui sont les autres ? Je donne ma langue au chat.

    RépondreSupprimer
  16. Bravo Catherine ! je n'ai pas lu le journal de Léautaud mais j'aurais dû y penser : ronchon, grognon et râleur !

    RépondreSupprimer
  17. J'ai écrit les noms des auteurs sous les extraits, en vert...
    J'en ai d'autres en réserve, pour août.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de voir ça. Chic, vivement août !

      Supprimer
  18. Très intéressant, ce quiz !
    Ca me donne envie de lire Léautaud ! ronchon et râleur comme Céline !

    RépondreSupprimer
  19. Merci Sophie :
    Il y a un concentré du Journal de Léautaud publié aux éditions Mercure de France. Les meilleurs passage du Journal y sont, mais on peut sauter la préface de Pierre Perret.

    RépondreSupprimer
  20. Les éditeurs (de livres papier) sont les derniers aventuriers du 21e siècle ! Je sens bien que c'est la fin d'une époque, mais je continue à écrire et si mon éditeur ne survit pas, je ferais comme pour mon premier livre, je m'autoéditerai, na !

    RépondreSupprimer
  21. Ah, ben yavait longtemps que je n'avais pas eu d'écrivain en vadrouille sur mon blog. Enfin, de nouvel écrivain. Un polardier, en plus. Partez pas tout de suite, hein !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que vous avez perdu un écrivain en bâtiment (puisque je suis à la retraite).

      (Mais il se pourrais que vous récupériez un écrivain-tout-court prochainement.)

      Supprimer
  22. Bon sang, l'orthographe des écrivains ! C'est une insulte aux valeurs de culture universelle de notre France, moi je dis. L'un met un S à la première personne du futur, et l'autre un S à la troisième personne du conditionnel. Que dire, que faire, à qui se vouer ? Bon, OK, c'est la chaleur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tiens, j'm'ai planté grave…

      Supprimer
    2. Vous voulez faire blogueur de gauche ?

      Supprimer

Modération parfois, hélas, mais toujours provisoire, ouf.